Cachan, développement urbain participatif ?

Tribune de mai 2019

Comment Cachan peut-elle se développer et rester authentique, entrer dans la métropole du Grand Paris et rester une ville à taille humaine ? Et surtout comment le faire avec ses habitants ?

Notre ville a beaucoup bâti depuis 15 ans : elle s’est un peu égarée dans une stratégie trop immobilière que Cachan Ensemble a condamnée de 2014 à 2017. L’ancien maire a trop souvent agi seul, sans associer les habitants, ou au gré de pseudo-concertations. 700 habitants ont interpellé sans succès le Conseil municipal par une pétition sur le projet immobilier du coeur de ville. Un recours a été déposé contre le permis de construire en 2017 par une association locale.

La nouvelle municipalité est revenue sur ce projet en annulant ce permis. Elle a mené plusieurs ateliers avec les requérants : l’un des résultats tangibles a été l’augmentation de l’espace public disponible rue Guichard pour l’animation urbaine.
Elle agit pour limiter l’emprise des promoteurs dans le contexte réglementaire permissif du PLU : cet objectif se traduit par une démarche d’élaboration avec les habitants d’une charte promoteur dont les préconisations orienteront l’évolution de notre belle ville.

Des projets structurants bousculent notre territoire : éco-quartier autour de la gare Arcueil-Cachan, avenir du campus de l’ENS, restructuration du centre-ville… Les enjeux du vivre ensemble nécessitent d’aller plus en profondeur pour mieux prendre en compte les besoins des habitants dans la définition des lieux dont ils sont les usagers du quotidien.

Samedi 11 mai, la ville organise des ateliers de Parlons ensemble de Cachan sur ces sujets. Investissons-les pour transformer les intentions en actes.

Démoulé à chaud n°12

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 4  avril  2019.  Une séance de vote du budget et une histoire de virage …

Virage dangereux à droite

La séance inaugure la nouvelle salle du patio (ndr : très réussie ainsi que le nouveau hall des services). Et commence avec en entrée le rapport sur l’égalité homme/femme dans les services de notre ville.

Une occasion pour la droite de se signaler avec des interventions qui nous montrent que les stéréotypes sont encore très ancrés dans certains esprits, le sexisme et le machisme jamais très loin. Notons juste qu’une fois de plus nous aurons entendu les hommes de droite, les femmes n’ayant toujours pas voix au chapitre dans ce groupe.

Grosse réprobation dans les bancs et recadrage de la Maire. Il faudra s’en souvenir et éviter tout virage à droite en 2020…

Courbe de gauche

Le Conseil enchaîne avec son plat de résistance : le budget 2019. Ce dernier budget de la mandature marque une réelle inflexion que Cachan Ensemble souligne  (lire l’intervention de Sandrine Churaqui) et salue par son abstention, une première depuis 2014.

Dans un contexte rendu difficile par le gouvernement (réduction des dotations, suppression de la TH, hausse des bases des taxes…), la municipalité tient un équilibre difficile entre refus de l’augmentation des taux d’impôt, maintien des services locaux et de l’emploi municipal, maîtrise des dépenses …

Difficile de tenir cette trajectoire étroite, avec la certitude que sa poursuite finirait par entamer le muscle et l’os.

Tournant serré

La section d’investissement enregistre un tournant.

Le programme d’investissement reprend essentiellement les projets en cours à achever (hôtel de ville, rives de Bièvre…)  et des services essentiels (extension de l’école du Coteau) …

Les achats fonciers tous azimuts ont été stoppés et la ville revend des biens et parcelles pour assurer des recettes et limiter l’endettement, d’ailleurs en recul en 2019.

Ces orientations convergent avec nos analyses depuis 2014 et Cachan Ensemble s’en réjouit.  Avec une légère ombre au tableau, le fait de devoir assumer une partie de l’investissement du théâtre contrairement aux affirmations de l’ancien maire.

A signaler aussi la confirmation de l’enveloppe du budget participatif, une évolution positive qui permet à notre ville de se mettre à niveau de ses voisines.

Courbe avec visibilité réduite

Le Conseil municipal décide ensuite les subventions aux associations. Sans surprise, les dotations sont à la baisse dans le contexte financier.

Cela mériterait pour les associations à caractère sociale de faire une revue d’ensemble et d’examiner en commission municipale les rapports d’activité pour mesurer l’impact sociale des réductions de subvention.

Dominique Lanoe donne la position de notre groupe (lire l’intervention).

Demi-tour

En fin de séance, la maire indique le départ de sa directrice de cabinet..

Applaudissements respectueux de la salle.

Saluons le professionnalisme et l’engagement de Dominique Barjou au service de la majorité municipale et de notre ville.

 

Rendez vous le jeudi 6 juin pour le prochain conseil municipal.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

 

Et un de plus !

Tribune d’avril 2019

Après la CAF, la Sécurité sociale, la CNAV, c’est au tour des bureaux de poste de fermer ses guichets.

Avec la fermeture du bureau de poste de La Plaine, comment faire pour envoyer et récupérer mes courriers et colis en instance, pour payer par ‘’efficash’’ mon loyer et mes factures ? Il suffira de descendre vers le Carrefour Market (puis remonter) !
Et pour prendre au jour le jour de l’argent au distributeur ? Il y a plein de distributeurs au centre-ville !

Plus d’interlocuteur à qui s’adresser pour savoir où en sont mes droits à l’allocation logement, mes remboursements de soins et le paiement de mes arrêts maladie.
Plus de guichet pour me recevoir pour constituer mon dossier retraite, retraite dont le montant dépend du recueil d’information de toute ma carrière professionnelle !

Ah, c’est vrai, on peut accéder maintenant à son dossier numérique, si on a bien ouvert préalablement son compte auprès de chacune des administrations, et si on n’a pas oublié son mot de passe, et si on arrive à trouver comment fonctionne le site de chaque administration.
Et pourquoi ça bloque ? J’ai saisi tous les codes et les mots de passe, majuscule, pas majuscule … On ne s’énerve pas !

On comprend pourquoi le non recours aux prestations est si important en France : réduction des coûts, donc diminution du nombre d’agents au service du public.

Devant cette logique qui broie notre service public et notre système de protection sociale, ne nous laissons pas faire ! Ne l’acceptons pas comme une fatalité ! Réagissons pour que soit reconnue la valeur des impôts que nous payons comme une participation au bon fonctionnement des services publics et à la réduction des inégalités sociales !

Cachan, budget citoyen ?

Tribune de mars 2019

L’époque est aux débats ! Ceux qui nous gouvernent ont mesuré l’urgence d’écouter, d’associer, d’expliquer. Mais sommes-nous prêts à aller au-delà des mots ?

Après l’écologie en janvier, faisons un deuxième test avec le budget. Dans un contexte de réduction des dotations d’État, les villes luttent pour équilibrer leur budget, pour conserver des services de proximité et pour améliorer le cadre de vie des habitants. Cachan n’échappe pas à la règle.

Les communes ont l’atout de la proximité pour associer directement les habitants. De nombreuses villes informent, mettent en débat les grandes décisions, adoptent des budgets participatifs…

Cachan vient de se lancer. Un peu contrainte par la loi qui exige des documents plus fournis pour le débat d’orientation budgétaire. Un peu par souci bien placé de pédagogie quand depuis 2016 Cachan Mag détaille les grands postes de dépenses et les investissements. Et un peu plus en 2019 en ouvrant un budget participatif : 0,1 M€ pour financer des projets présentés par les habitants.

Pour autant, il reste du chemin pour atteindre la démocratie budgétaire. Les grandes décisions qui se comptent, elles, en millions d’euros (réfection de la mairie, extension du théâtre, équipements, …) restent prises sans débat au Conseil municipal ni avec les habitants, même si ensuite la concertation sur la conception des projets s’améliore.

Cachan Ensemble rappelle ses propositions de 2014 : mise en place d’une commission des finances présidée par un élu de l’opposition municipale, implication des citoyens pour décider des dépenses de leur ville…

Il faut innover et créer le cadre d’une décision participative !

Démoulé à chaud n°11

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 7 février 2019. Sous le signe de la participation…

Je participe (au CM) !

Petite chambrée dans le public en ce conseil d’hiver … mais Cachan Ensemble est bien là ! Comme le rappellera plus tard Thierry Didier, c’est un enjeu de ré-intéresser le citoyen  au débat public.

Nos conseillers sont prêts en ce début d’année 2019, au complet et motivés pour participer.

La salle est chauffée et il y a de la lumière ! Nous allons pouvoir faire la clarté sur les finances et dérouler le débat d’orientations budgétaires.

Tu participes (au budget participatif) ?

La municipalité confirme le lancement d’un budget participatif de 100 k€. De quoi faire participer les habitants de Cachan à la réalisation de micro-projets d’investissements.

C’est un bon signe envoyé pour favoriser l’implication des habitants et pour valoriser leurs idées, dans la suite de Parlons Ensemble de Cachan et des engagements.  N’hésitez pas à présenter des projets dans le cadre de cette initiative (voir sur le site de la ville et dans les centres socio-culturels).

Cette fertilisation citoyenne est complémentaire au débat des instances de la ville. Et il faut à ce niveau aussi organiser un débat plus large sur les grandes décisions … mais le rédacteur empiète sur le point suivant !

Il/Elle participe (au débat d’orientation budgétaire)

Après l’exposé du 1er maire-adjoint, les groupes défilent pour leur intervention sur les orientations budgétaires.

Thierry Didier porte la parole de Cachan Ensemble (lire l’intervention complète).

Il souligne la confirmation de la tendance et les inflexions apportées par la nouvelle municipalité :

  • budget de fonctionnement pris en tenaille entre la réduction des recettes (baisse des dotations d’Etat, suppression progressive de la Taxe d’habitation, progression limitée des autres recettes fiscales au rythme de la progression des valeurs locatives  pour ne pas augmenter les taux…) : la ville maintient sa politique en faveur des services de proximité, jusque quand ?
  • budget d’investissement contraint par la nécessaire maîtrise de l’endettement et la poursuite des investissements décidés (hôtel de ville, école du Coteau…) : les décisions d’arrêter certaines préemptions foncières était vitale !

A suivre lors du vote du dernier budget de la mandature.

Nous participons (au lancement de l’écoquartier gare)

Le Conseil Municipal étudie ensuite le lancement de l’écoquartier gare.

Sandrine Churaqui dit la satisfaction de Cachan Ensemble qui a toujours soutenu la démarche et poussé l’exigence (lire son intervention). Dès 2014 en l’intégrant à son programme pour les municipales puis encore en 2016 lors de l’adoption de la charte écoquartier par le Conseil Municipal.

La ville engage une réalisation concrète, et espérons le ambitieuse, dans un quartier d’avenir de notre ville. Tant mieux, et au boulot !

Vous participez (malheureusement au RER B) ?

Cachan Ensemble soutient le vœu relatif au CDG Express (lire le vœu).

Plus exactement, et nos conseillers y ont veillé en participant à la rédaction, le conseil municipal conteste la priorité budgétaire accordé par l’État à ce projet sous couvert des JO  2024 alors qu’il concerne peu de voyageurs quotidiens.

Et avec la certitude de ne pas engager dans le même temps les efforts nécessaires au RER B (matériel roulant, travaux d’amélioration…) qui sera en prime perturbé par l’impact des travaux du CDG Express en banlieue nord.

Belle intervention énergique du maire-adjoint en charge, unanimité !

Ils/elles ne doivent plus décider seuls

Le fil rouge de la participation laisse transparaître aussi son opposé obscur, les décisions unilatérales prises trop loin des habitants : baisse des dotations en direct de Jupiter, décisions sur le CDG expresse au mépris des besoins concrets des populations, …

Les communes restent les derniers bastions de démocratie réelle et concrète si nous savons en utiliser les pouvoirs et si l’État ne leur rogne pas définitivement les ailes. En tout cas nous y veillerons à Cachan et appuierons ls décisions en ce sens.

Preuve que La démocratie locale et la participation citoyenne sont la clé des solutions à nos problèmes : le Conseil a décidé d’utiliser le domaine public rue Guichard pour implanter un kiosque à loyer modéré, répondant aux attentes exprimées par les gens d’accéder de nouveau à la presse.

Rendez vous le 4 avril pour le prochain conseil municipal. Au programme le vote du budget 2019.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Cachan, ville durable ?

Tribune de février 2019

L’époque est aux débats ! Ceux qui nous gouvernent ont mesuré l’urgence d’écouter, d’associer, d’expliquer … au niveau national (Grand débat) et local (Parlons ensemble de Cachan). Mais sommes-nous prêts à aller au-delà des mots ?

Faisons le test avec l’écologie. Tous les partis politiques ont « verdi » leurs discours et plus aucun ose ne plus afficher des intentions sur le sujet. Alors dans ce domaine où les petits ruisseaux font les grandes rivières, où en sommes-nous à Cachan ?

Les intentions sont affichées (charte des éco-quartiers, 4ème fleur, conseillère déléguée à l’économie circulaire…), des projets sont identifiés (écoquartier de la gare,…) et d’autres ont été réalisés (ruchers, fête de la nature, composteurs …). Mais peut-on dire pour autant que l’écologie soit au centre des choix ?

Assurément non car il manque une réflexion d’envergure sur la gestion des déchets, sur l’imperméabilisation des sols, sur les déplacements, sur le rafraichissement des zones denses (puits végétaux)… l’urgence climatique nécessite de placer chaque décision sous l’angle de l’écologie.

Les Cachanais sont prêts. Certains l’ont fait avec le projet Sud Paris Soleil dont nous saluons le lancement réussi de la souscription, d’autres suivront. Avec l’idée que tous ces projets concourent à la fois à la sauvegarde de la planète et au bien-vivre.

Cachan Ensemble va apporter sa touche en lançant un cycle de balades de la biodiversité pour arpenter notre ville et faire un inventaire des questions écologiques concrètes. Une démarche active et participative.

Une façon aussi de favoriser le faire sur le dire, le concret sur le théorique.
A vos souliers pour les prochaines balades !

Bonne année 2019

Résultat de recherche d'images pour "bonne année 2019"

Cachan Ensemble a présenté ces vœux le samedi 12 janvier 2019, au château Raspail.

L’occasion d’une prise de parole pour Thierry Didier et Catherine Busson, conseillers municipaux Cachan Ensemble.

Bienvenue à tous, merci d’être venus.

Avant d’en venir aux vœux et à l’ouverture du buffet, il est de tradition et nous n’y dérogerons pas, de dire quelques mots :

Pendant le cycle des élections présidentielles et législatives de 2017, nous avons vécu des évolutions imprévues et violentes de la vie politique du pays.  La vague de « dégagisme » a fait éclater les partis dit ‘’de gouvernement’’ et émerger des forces nouvelles.

La circonscription est passée au nouveau monde ! Traduit dans le langage de l’ancien monde cela signifie : « à droite ».

La gauche dans son ensemble est éclatée et affaiblie. Elle est, toutes tendances confondues, largement minoritaire dans le pays, en particulier dans les sondages pour les prochaines élections européennes.

Depuis 3 mois, une crise atypique s’est développée à travers le pays. On ne voit pas bien comment le gouvernement et le chef de l’Etat vont s’en sortir ? Un grand débat ?

En revanche, on voit bien que l’extrême droite, le Rassemblement National (juste un changement de nom pour rendre le Front National plus présentable) et Debout la France de M. Dupont Aignan grimpent, au moins dans les sondages.
Un avenir national pas folichon dans une ambiance mondiale « plutôt brune ».

Plus jeune, je pensais que le fond de l’air était rouge. Les désillusions sont parfois lourdes.

Pour Cachan Ensemble, 2018 a été une année importante.

Le maire élu en 2014 a démissionné de son mandat après 35 ans dans l’exécutif local, un mandat de conseiller départemental et trois mandats de député. Ce cumul de mandats n’était pas compatible avec nos conceptions de la politique. Depuis, la loi nous a donné raison.

Avec l’arrivée de Madame la Maire, un air nouveau souffle sur le conseil et sur la ville. Bien que je me sois présenté, sans l’ombre d’une chance, contre elle en avril, je dirai « enfin une femme » !

Les politiques suivies ont, depuis, très largement évolué, voire prennent le contre-pied des décisions précédentes, quelques exemples :

  • Les acquisitions foncières : dans l’ilot Vatier des pavillons acquis par la ville voilà 2 ou 3 ans dans le cadre de l’application de la politique du PLU sont remis en vente ou vont l’être. Sur la RD920 avec l’abandon de certains périmètres de préemption sont abandonnés et la Ville revende des biens acquis.
  • L’urbanisme : Des actions de négociation  » à la baisse » avec les promoteurs y compris quand plus rien ne peut s’opposer à la construction sont conduite pas la municipalité. La Maire a retiré le permis de construire de l’immeuble de l’angle Guichard-Couté et mis en place un atelier de concertation.
  • L’écoute des habitants : lancement d’une démarche inédite à Cachan « Parlons ensemble de Cachan » (nous y reviendrons plus tard), lancement d’un appel à projets dans le cadre d’un budget participatif.
  • La vie du Conseil municipal : une conférence des présidents de groupes a été mise en place, comme beaucoup d’autres communes.

Nous retrouvons beaucoup de nos engagements de 2014 dans ces décisions et dans cette démarche : nous ne pouvons que nous en réjouir.

Justement où en est Cachan Ensemble ?

Cachan Ensemble est toujours vivant, 5 ans après l’annonce de la création de sa liste.
Nous savons encore réunir 30 à 40 militants pour nos assemblées.

  • Nous savons mobiliser pour défendre le bureau de la Poste de La Plaine
  • Nous rendons compte régulièrement de nos initiatives auprès de nos membres et nos sympathisants.
  • Nos membres ont été actifs pendant les réunions publiques (il suffit de lire les noms des personnes ayant fait des propositions).
  • Nos sympathisants sont actifs dans les associations et sur le terrain.

Un groupe de « soutien aux élus » travaille au fil de l’eau pour préparer chacun des conseils municipaux.
Bien sûr la diversité n’est pas toujours simple à gérer. Nous devons débattre, animer des groupes de travail et des réflexions, trouver les consensus, au final susciter l’adhésion de tous.

Il ne s’agit pas, ici, de faire un retour de mandat ni de s’auto-congratuler, mais les élus font leur boulot. Une présence régulière en commission et au Conseil municipal. J’en profite pour remercier tous ceux et toutes celles qui viennent suivre les réunions de cette assemblée délibérante, même quand l’ordre du jour est particulièrement indigeste, même dans le froid.
Ils ont une participation active dans les organismes où Cachan Ensemble est représenté.
Les élus de Cachan Ensemble font et portent des propositions en commission : propositions d’amendement de délibérations municipales, proposition de vœux à débattre et à mettre en délibéré.

Nous sommes confortés dans nos engagements par les propositions faites pendant « Parlons ensemble de Cachan » dont beaucoup recoupent notre programme de 2014 et nos propositions.
Nous ne sommes pas hors sol ! Nous allons continuer.

Revenons sur « Parlons ensemble de Cachan »

Une bonne participation, 250 propositions, 30 propositions retenues en forme d’engagements : une prise en compte des aspirations à l’expression des citoyens.
Une bonne façon pour la Maire d’asseoir sa notoriété, voire de lancer la prochaine campagne : Nous n’allons pas polémiquer.

Le plus important pour nous, c’est après avoir parlé ensemble, comment « faire ensemble ».
Pour nous, c’est dans la continuité que cette démarche prend son sens.
Les 30 engagements pris seront, bien sûr, suivis, ils constituent la deuxième étape du processus de démocratie participative.
L’année 2019 est la dernière année pleine de cette mandature. Il sera difficile et même impossible de faire avancer certains sujets :

  • Les collèges : amélioration de la mixité ? Comment ?
  • La ville : au-delà des engagements pris de co-écriture d’une « Charte pour les promoteurs », d’une concertation spécifique, de référendum en ligne, c’est une adhésion des habitants à un projet de ville Co-élaboré qu’il faut trouver.
  • Les déplacements : au-delà de la réforme du stationnement à laquelle nous prenons une part active, nécessité d’un plan local de déplacements pour organiser et hiérarchiser la voirie.

La volonté municipale doit s’exprimer sur le « comment faire ». Nous devons voir se bâtir des formations de citoyens pour leur permettre de répondre à des consultations et participer à des ateliers.

Les débats sur le budget vont vite arriver. Cachan a besoin de reconstituer sa capacité d’investissement en se désendettant.
En ces temps de lancement de budget participatif et juste avant le vote du budget, des actions d’explications doivent être lancées : les moyens possibles sont nombreux et avec « PARLONS ENSEMBLE DE CACHAN » nous voyons bien que quand la volonté politique existe, les actions peuvent être rapidement conduites.

Nous n’allons pas être plus long, nous pensons avoir exprimé l’essentiel.

Nous souhaitons à Cachan de garder son dynamisme, de garder la volonté exprimée par les habitants de vivre ensemble sans les barrières de quartiers, de revenus, d’origine, de religion.

Nous souhaitons qu’après « PARLONS ENSEMBLE DE CACHAN » nous passions à « ENSEMBLE FAISONS VIVRE NOTRE VILLE »

Nous souhaitons que Cachan s’indigne, s’engage et résiste à l’argent triomphant, au chacun pour soi, aux préjugés.

Nous vous souhaitons à toutes et à tous, à vos proches et vos familles une belle et heureuse année 2019.

Santé, prospérité et réussite dans vos projets.

 

 

Cachan : Ensemble en 2019 ?

Tribune de janvier 2019

Plaçons 2019 sous le signe de la démocratie locale !

Notre groupe Cachan Ensemblea été précurseur en la matière : en 2014, issues d’un travail collectif en ateliers, 20 propositions pour la ville ont été présentées, notamment le droit de pétition et le référendum d’initiative locale, pour élargir le champ de la concertation.

A son arrivée, la maire a engagé une démarche ‘’Parlons Ensemblede Cachan’’qui a permis d’écouter un grand nombre de cachanais-e-s. Ces témoignages ont confirmé nos analyses. La municipalité en a extrait 30 engagements qui corroborent largement nos diagnostics et nos objectifs de 2014. Tant mieux !

L’enjeu est désormais de faire ensemble.Cette lourde responsabilité est moins une question de propositions que de démarche. S’arrêtera-t-on à des ateliers éphémères de recensement d’idées dans lesquelles la municipalité piocherait ou poursuivra-t-on un travail collectif avec les citoyens comme un outil de démocratie active ? Pour nous, le ‘’comment’’ prime sur le ‘’quoi’’.

En Conseil municipal la machine à prendre des délibérations fonctionne pour les décisions obligatoires et des validations formelles. Mais quel échange sur le fond pour décider démocratiquement de projets collectifs ?

Nous avons au Conseil municipal de décembre demandé un débat sur les services rendus par le territoire Grand Orly-Seine-Bièvre : le Conseil territorial traite de sujets importants pour les habitants (les Valouettes par exemple) mais loin d’eux et nous n’avons aucun retour d’information. Sachons décider ensemble en Conseil municipal les orientations portées par ceux qui y représentent Cachan et ses habitants.

Belle et heureuse année ensemble !

Démoulé à chaud n°10

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 12 Décembre 2018. Sous forme d’une histoire de chambre …

Chambre froide

Notre Hôtel de Ville étant transformé en Notre-Dame-des-Courants -d-Air pendant les travaux, il aura fallu pas mal de courage aux membres de ce conseil et au public (et aussi à votre serviteur) pour tenir les 2h30 de cette séance glaciale.

D’autant que la chaleur humaine n’est pas optimale avec tous les absents dans les rangs. Au passage prise de fonction de la dernière conseillère de la majorité pourtant installée en janvier mais absente depuis.

Cachan  Ensemble est au complet, retour en jeu de Sandrine Churaqui (bise de la rédaction).

Brrr, c’est parti !

Chambre d’enregistrement

Le Conseil sera ce soir particulièrement saisi de multiples rapports et d’une série de « donner acte » … ou comment informer formellement sans réfléchir sur le fond.

C’est partie pour la litanie des rapports : SIFUREP, SIGEIF, SIPPEREC, CLECT …(la rédaction ne traduit même pas).

Chambres à part

Le Conseil examine le rapport du CLECT (la rédaction ne traduit toujours pas) : la seule occasion de l’année de parler du Territoire grand Orly Seine Bièvre (GOSB) et de la Métropole du Grand Paris (MGP). En fait un simple rapport financier sur les transferts  entre collectivités locales et intercommunalité … c’est pas aujourd’hui que nous entendrons parler des services rendus (Valouettes, ordures ménagères,…).

Sauf que Cachan Ensemble souhaite interroger le fonctionnement démocratique. C’est Catherine Busson qui s’y colle (lire l’intervention).  Il ne faut pas laisser MGP et GOSB faire chambres délibérantes à part, loin (très loin) des habitants, sur des services qui sont nécessaires à nos quotidiens.

A défaut d’un dispositif participatif, notre élue demande quand les 4 conseillers désignés par la majorité municipale en sons sein rendront compte au conseil municipal qui les a désignés.

La Maire dit son insatisfaction sur la nouvelle intercommunalité et promet un échange en réunion des chefs de groupe … Cachan ensemble a bien fait de l’ouvrir, à suivre donc !

Chambre des garçons

L’intervention de Catherine me fait remarquer l’absence des conseillers-femmes de leurs voisins de la droite … Ce soir on siège entre hommes chez les LR-UDI !

Et d’ailleurs les interventions viendront uniquement sur des questions comptables … quand je vous dis que la démocratie locale est encore loin d’avoir touché  partout !

Chambre en « coloc »

Le Conseil examine un vœu sur les missions locales. Un projet souhaite les faire absorber par pôle emploi. Ce serait effectivement une erreur de se priver de structures implantées localement et utile pour les jeunes et les demandeurs d’emploi.

Cachan Ensemble s’associe à ce vœu, voté ensuite à l’unanimité. (lire le vœu)

Chambre sociale

Le Conseil connaît aussi du rapport sur le contrat de ville qui concerne la cité jardin et l’utilisation des budgets dédiés.

Sandrine Churaqui rappelle la nécessité d’associer le Conseil Citoyen à toutes les discussions sur ce contrat de ville. Encore une intervention féminine pour demander une démocratie participative effective. (lire l’intervention)

Le premier adjoint confirme la vigilance sur l’utilisation des crédits, en particulier ceux correspondant à l’exonération de la taxe foncière par Valophis…à suivre.

Cachan ensemble a bien fait de l’ouvrir encore, pour dépasser la présentation formelle.

Chambre à RER (chambre à air ?)

Le Conseil approuve un vœu sur  la ligne 15, demandant que les budgets soient dégagés pour tenir les délais et la continuité en gare de Champigny. Il est vrai que des ambitions initiales aux restrictions budgétaires macroniques, on finirait vite par avoir tous les désagrément des chantiers sans les avantages attendus in fine.

Cachan Ensemble vote le vœu (lire le vœu). Mais le rédacteur serait curieux de connaître l’analyse du Conseiller municipal (absent), conseiller de Cachan à la MGP, et accessoirement Président de la Société du grand Paris, sur l’évolution du programme. Manière que le CM n’envoie pas de vœux en l’air !

Bon, 23h15,  il est temps de sortir du frigo et d’aller ce réchauffer (faudra faire une étude sur l’impact de la température sur la durée des CM).

Rendez vous en 2019 pour démouler d’autres pâtisseries, et en attendant bonne bûche et bonnes fêtes  !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Cœur de ville : l’espoir d’une concertation renaît !

Tribune de décembre 2018

En février 2016, nous demandons en Conseil municipal le retrait d’une délibération cédant à un promoteur privé les terrains publics à l’angle des rues Cousté et Guichard. Notre motivation : lancer une concertation avec les habitants et les commerçants pour « bâtir ensemble un projet digne de cette croisée des chemins et apte à dynamiser notre centre-ville pour tous ». Refus.

Le Conseil municipal, interpellé par une pétition citoyenne de 710 habitants, se réunit en octobre 2016. Le collectif à l’origine de la pétition n’a pas la parole, le maire et ses adjoints n’esquissent pas la moindre proposition. Nous demandons d’étendre le champ géographique de réflexion de l’atelier citoyen des rives de Bièvre. Refus également.

Près d’un an se passe jusque l’attribution du permis de construire en août 2017. L’étude du dossier confirme toutes nos craintes : tour de passe-passe foncier pour contourner le minimum de 10 % de surface de pleine terre et accroître la constructibilité, quasi-disparition du trottoir à l’angle des deux rues mettant en insécurité les personnes à mobilité réduite, implantation massive d’un immeuble bouchant la vue sur le Coteau et créant une entrée des futures rives de Bièvre en entonnoir étroit. Recours auprès du Tribunal administratif en décembre 2017 par l’association Cachan Cadre de Vie.

En octobre 2018, la nouvelle maire prononce l’annulation du permis de construire litigieux et ouvre un dialogue avec les requérants. On parle (enfin) de l’espace public, de circulations douces, de commerces, d’animation urbaine, de l’accès aux rives de Bièvre…..

Près de 3 ans de perdus, il n’est pas trop tard pour bien faire ! A suivre…