Démoulé à chaud n°9 !

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 8 novembre 2018 : A table !

Tour de table

Beaucoup de chaises vides autour de la table du conseil : beaucoup de conseillers excusés dans la majorité, pas mal de pouvoirs donnés aussi chez Les républicains (du moins une fois que le porteur en retard finira par arriver) … il nous semble même qu’une conseillère est pointée absente (ndr pas excusée et sans pouvoir donné à un autre conseiller)…  comme à toute les séances depuis son installation.

Coté Cachan Ensemble, 3 conseillers présents et une excusée (on t’embrasse Sandrine, à très bientôt). Dans le public aussi Cachan Ensemble fait bonne figure, comme toujours … même s’il vas falloir se serrer pour avoir chaud dans la salle d’honneur de notre marie en travaux.

C’est parti !

Table de calcul

Le Conseil débute avec une décision budgétaire modificative, la seconde DBM de l’année. La section d’investissement est modifiée pour accueillir les produits des cessions de biens immobiliers.

Cachan Ensemble sera une fois encore le seul groupe à faire part d’une position argumentée sur ce sujet. Avec une grande constance, Thierry Didier rappelle que notre groupe  s’est opposé aux préemptions tous azimuts et note que la majorité se rend à nos arguments. (lire l’intervention de Cachan Ensemble)

Il est vrai qu’après avoir été une chambre d’enregistrement des préemptions en début de mandat, le conseil traite presque exclusivement des cessions. Malgré cette inflexion, la ville peine pourtant à de désendetter.

Table rase ?

L’ilot Vatier sera le fil rouge de ce conseil puisque, hormis la DBM, ce pâté de maisons donne lieu à la revente des pavillons préemptés par la ville il y a pourtant si peu de temps.

Cachan Ensemble rappelle sa position constante pour maintenir ce tissu pavillonnaire favorable à la mixité sociale. Thierry Didier note aussi que la municipalité partage (enfin) nos analyses sur les limites financières de la politique foncière.

Notre conseiller engage la ville à assurer cependant toute la transparence requise pour ces ventes et à rester très vigilante puisque le PLU n’est pas (pas encore) revu pour interdire la construction d’immeuble à cet endroit.

A Table !

La séance a permis d’adopter et de valider la marché d’achats de denrées dans les cantines. Le nouveau marché privilégie les circuits courts et les produits Bio. La Maire rappelle l’action à entreprendre pour lutter contre le gaspillage, autre sujet à notre portée.

Catherine Busson note pour Cachan ensemble l’avancée réalisée, la clarté de la formulation des clauses et l’engagement de la ville . Elle demande que les aliments bio et responsables soient signalés sur les menus et que l’information soit bien prise en compte pas les commissions de choix des menus.

Ça avance, bonne nouvelle pour nos enfants et pour la planète.

Renverser la table

Le Conseil examine un vœu (lire le voeu) sur la mise en péril des finances locales par la politique du gouvernement.

Cachan Ensemble s’y associe d’autant plus que notre groupe s’oppose depuis toujours à la réduction de l’autonomie financière des communes, politique constante conduite par tous les gouvernements depuis 2010.

Nous nous réjouissons donc de faire l’unanimité désormais sur cette question … du moins à gauche.

Table de marbre

Le Conseil vote également un vœu pour que Mme Vaillant-Couturier soit portée au Panthéon. Cachan approuve ce vœu (lire le voeu).  A cette femme de gauche, la patrie reconnaissante !

Bon il est temps de sortir de cette salle froide comme une tombe. Rendez vous pour le conseil municipal de décembre !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Logement locatif social, logement participatif !

Tribune de novembre 2018

Cachan a su conserver une place importante pour le parc social de logements locatifs. La première couronne parisienne a besoin de logements. Cachan Ensemble soutient cette orientation et milite pour que la mixité sociale soit assurée dans toute la ville.

Les décisions gouvernementales, notamment la récente loi ELAN, mettent en péril le service public du logement social : baisse des APL, pratique des surloyers, regroupement des organismes, vente des HLM au privé, faible niveau de construction…Tous ces changements sont défavorables aux locataires : moins de personnels et de services de proximité, moins d’entretien du patrimoine, moins de qualité de service et moins de sécurité dans les résidences.

Il importe donc plus que jamais que les locataires du parc social montrent leur intérêt pour leur habitat. Ils auront l’occasion de le faire samedi 8 décembre, jour des élections des représentants des locataires au Conseil d’Administration de Cachan Habitat, qui regroupe 1 946 logements sociaux sur la commune.

Élus pour un mandat de 4 ans, les 5 représentants prendront part au vote du budget et aux décisions de travaux par appel d’offres (réhabilitation, chauffage, … en espérant qu’une part plus forte sera faite aux énergies renouvelables).

Ils participeront à la vie de l’organisme et pourront influer sur les décisions importantes : attributions de logements, veille des impayés, contrôle des charges, concertation et vie locatives.

Nous invitons les locataires à voter pour se doter de représentants qui défendent les droits des usagers du service public du logement.

La démocratie ne s’use que si l’on ne se sert pas de son droit de vote !

Donner sa place au commerce dans notre ville !

Tribune d’octobre 2018

Comme vous, nous aimons vivre à Cachan. Car notre ville est riche de sa diversité, de ses associations, de son campus, … bref de ses habitants. Et ils sont de plus en plus nombreux, les habitants. Désormais plus de 30 000 cachanais-es. Cette croissance est le signe de l’attractivité de notre bourgade, proche de Paris mais ayant su rester à taille humaine.

Pour autant, l’implantation durable des commerces reste en retrait de ce que nous pourrions attendre pour notre ville et ses habitants :

  • – les commerces de proximité dans les quartiers périphériques peinent à subsister. C’est malheureusement un problème classique des banlieues, et une bonne raison pour ne pas fermer les services publics de proximité (cf. Poste de La Plaine).
  • – le commerce autour de la gare est au ralenti en attendant la fin des travaux et le marché municipal souffre de cet environnement défavorable.
  • – le commerce de centre-ville, plus étrangement, ne réussit pas à se hisser au niveau du développement urbain. Malgré quelques ouvertures réussies, combien de rideaux baissés place Carat, rues Guichard et Desmoulins. Et toujours pas de point presse !

Pourquoi ne voit-on pas fleurir les projets que pourrait susciter notre population ? Excès de moyennes et grandes surfaces ? Environnement pas suffisamment attractif ? Loyers des locaux commerciaux trop élevés ? Trop faible soutien municipal ? …

Prenons cette question à bras le corps, établissons un diagnostic et mobilisons tous les moyens pour enclencher une dynamique d’installation des commerces dans notre ville.

Et nous tous, citoyens, sachons aussi consommer localement pour faire vivre les commerces à Cachan.

Les élus : Catherine Busson, Sandrine Churaqui, Thierry Didier, Dominique Lanoë

Démoulé à chaud n°8 !

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 20 septembre 2018. Pour cette séance, le numérique est à l’honneur !

Tablettes

Ce conseil municipal permet aux conseillers d’étrenner leur tablette flambante neuve. Enfin presque tous, nous avons bien noté ceux qui n’ont pas encore pris livraison ou le pli du nouvel outil, mais nous tairons les noms.

Bon,  arrêtons de dauber et saluons cette avancée qui permet d’éviter les impressions papier et permet aux membres du conseil d’accéder plus vite aux dossiers de séance lorsqu’ils sont disponibles.

Dans le public, nous restons « in real life » … mais bien présents, en particulier les sympathisants de Cachan Ensemble.

C’est parti !

Dématérialisés !

Le numérique produit ses premiers effets … un nombre important d’absents ce jeudi, dont plusieurs maires adjoints. Non le CM n’est pas accessible en streaming ou sur un Replay quelconque !

La majorité municipale fait jouer le banc ce qui permet d’entendre quelques conseillers en supplétifs.

La droite non plus n’est pas au complet, ce qui permet aux femmes  d’être (enfin) majoritaires. Pour autant nous n’aurons pas le plaisir de les entendre, les 2 groupes de droite ne prendront pas la parole pendant cette séance ! Encore un effet du numérique ?

Ubérisation

Le Conseil se prononce sur le montant des taxes de séjours dans les résidences hôtelières et de tourisme. Le barème est complet (jusqu’au camping dont nous avons recherché vainement une trace sur googlemap dès notre retour à la maison) même si l’enjeu pour Cachan est faible pour l’heure.

Une occasion néanmoins pour Cachan Ensemble de pointer les risques de la location en direct entre particuliers, tant en termes d’évasion fiscale que de réduction de l’offre de logements.

A suivre avec vigilance car le grand-Paris va rendre Cachan attractive pour l’hébergement de loisir.

Campus 3.0

La séance a permis d’adopter des délibérations très techniques sur l’avenir des terrains de l’ENS. Après la convention Etat-EPFIF-Ville, le cadre juridique se complète et traduit les négociations, ouvrant la voie aux réalisations concrètes de logement, d’espaces publics et d’équipements collectifs.

Une occasion pour Cachan Ensemble de saluer l’engagement de la ville pour maintenir la vocation estudiantine du lieu. Et de souligner aussi l’opportunité offerte de désenclaver les quartiers et de rétablir une continuité de communication à travers un futur campus ouvert.

Connectés avec les migrants

En fin de séance, la Maire rappelle la réquisition du gymnase Jess Owens pour accueillir provisoirement des migrants. Elle salue l’implication des cachanais-es pour apporter une assistance et des aides à l’association en charge. La réquisition va prendre fin le 24 septembre et les migrants seront transférés à Saint-Maur, de nouveau pour un temps très court.

Cachan Ensemble salue le parti pris de la municipalité d’impliquer les populations et acteurs locaux, ce qui n’avait pas été le cas en 2016 dans des circonstances identiques. Même s’il est regrettable que ces installations mobiles et précaires ne permettent pas un travail en profondeur et des accueils pérennes comme cela avait été envisagé en 2015.

Déjà geek !

En premier bilan (pas nécessairement objectif, j’en conviens) de cette séance avec tablette, le rédacteur constate que la séance s’est achevée à peine après 22h00. Faut-il y voir une efficacité numérique ou un ordre du jour assez « light » ?

En outre les prises de prises de parole ont été peu nombreuses. efficacité numérique ou absence du conseiller trublion de LR (ce qui nous a évité quelques hors pistes comptables ou scabreux sur l’avancement des personnels) ?

Je me hasarde à imaginer les conseillers en ados geek, absorbés dans la lecture de leurs messages et vidéos à la table du repas familial silencieux !

Allez, j’arrête là, et rendez vous pour le conseil municipal de novembre !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

En marche vers la fin de la décentralisation

Tribune de septembre 2018

Il est de tradition de souhaiter une bonne rentrée en septembre. Sauf que nous avons surtout une forte envie de pousser un coup de gueule sur les conséquences locales de la politique du Président et de son gouvernement.

En un an, « gouverner autrement » c’est surtout une politique économique libérale pas très novatrice, une absence totale de réforme sociale, et un rejet des corps intermédiaires. Le résultat est un flux d’annonces et de réformes technocratiques (impôt à la source, baisse des APL,…).

Nous nous inquiétons surtout des décisions qui entravent la démocratie locale et mettent en péril les services publics locaux. Quelques exemples de double langage entre discours et réalité du terrain :

– réforme de l’Éducation nationale abondamment présentée mais insuffisance d’enseignants pour ouvrir ou maintenir les classes nécessaires dans notre ville,

– volonté affichée d’aider les quartiers en difficulté mais reprise du projet de fermeture du bureau de poste de La Plaine,

– souhait de renforcer le développement territorial mais réduction des dotations aux communes et plafonnement de ses dépenses de fonctionnement : au contraire de l’État, une commune ne peut s’endetter pour financer son fonctionnement.

LREM ne fait aucune proposition concrète pour les communes, à Cachan en particulier. Ce silence est-il un signe d’embarras ? Que les représentants de LREM affichent leurs intentions !

Nous, Cachan Ensemble, opposons à cette volonté centralisatrice, jupitérienne, notre engagement dans les initiatives locales qui permettent de maintenir une participation active des citoyens aux décisions de leur quotidien.

Bonne rentrée !
Restons mobilisés !

Les élus : Catherine Busson, Sandrine Churaqui, Thierry Didier, Dominique Lanoë

Démoulé à chaud n°7 !

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 28 juin 2018. Pour cette séance très financière, le compte est bon (ou pas) !

Comptez-vous

L’assemblée est clairsemée en cette séance de début d’été. Ça sent les vacances, surtout à droite (2 conseillers sur 5). Pas mal de trous dans les rangs de la majorité municipale mais une ambiance visiblement plus détendue.

Dans le public Cachan Ensemble est majoritaire de manière écrasante. Bravo aux courageux qui ont bravé l’atmosphère tropicalisée de la salle de conseil (et répondu à l’appel du rédacteur – voir « Démoulé » n°6).

C’est parti !

Comptes et mécomptes

Le Conseil examine le compte administratif puis le compte de gestion. Derrière ce dernier exercice s’esquisse l’exécution budgétaire 2017.

Avec la réduction des dotations d’État, continue depuis 2012, la ville peine à équilibrer ses dépenses de fonctionnement tout en maintenant le taux d’imposition constant. Encore notre ville n’est-elle pas affectée par la dotation de solidarité urbaine. Comment pourra-t-on maintenir les services publics lorsque la municipalité n’aura plus la latitude de l’imposition après la suppression de la taxe d’habitation ? (à noter, il faudra que je pose la question aux affidés de LREM à l’occasion, il faut qu’ils s’expliquent).

Décompte

Cachan Ensemble note que le compte de gestion affiche de nouveau un déficit de fonctionnement (1,1M€).  Les efforts pour contenir les dépenses et maintenir le niveau de service sont annulés par la réduction des dotations. Et le niveau de déficit se stabilise à ce niveau de 1M€.

La comptabilité publique amenant à additionner dans le résultat de l’année le report à nouveau (les excédents ds années passées, en fait avant 2014), l’affichage reste positif. Mais à moins de 3 M€, le niveau de réserve couvre à peine plus de 2 années de déficit.

En clair il est possible d’achever la mandature sans changer de pied, mais la prochaine municipalité n’aura plus aucune marge de manœuvre (ndr : relire utilement les interventions de Cachan Ensemble lors de la prise de fonction de notre nouvelle maire et du vote du budget 2018).

Compte de campagne

Bon, après cette longue rétrospective sur 2017,  il est temps de revenir en 2018. Ça tombe bien, le Conseil examine une décision budgétaire modificative.

D’un montant mineur, et intervenant très tôt dans l’année, ce vote est un moyen d’afficher les intention de la nouvelle municipalité : souligner la bonne tenue de s recettes fiscales et de subvention (+200k€) , officialiser le lancement de l’étude sur la participation citoyenne dont les crédits de consultants sont votés (100k€) et  marquer l’intention de réduire le recours à l’emprunt (-100k€).

Cachan Ensemble note cette intention et pour la première fois depuis 2014 ne vote pas contre la proposition de la municipalité. La Maire et son 1er adjoint confirment la volonté politique (ouf, nous n’étions pas à côté de la plaque) et saluent l’abstention positive de Cachan Ensemble (y a pas de quoi, la participation citoyenne, c’est notre dada).

Bon, le budget étant un acte de prévision,  il va falloir confirmer ces belles intentions dans la mise en œuvre ! Une certitude, la campagne municipale de 2020 a déjà débuté !

Compteurs (linky et gazpar)

Dominique Lanoe présente au nom de Cachan Ensemble un vœu (lire le vœu)sur les compteurs dits intelligents. L’objectif est que la municipalité rappelle les droits des citoyens trop souvent foulés au pied par des entreprises anciennement publiques en charge d’un service public.

Ce n’est pas ce genre d’exemple qui nous fera cesser de rabâcher que la régie directe évite le mélange des genres

Toutes les composantes de la majorité municipale ont contribué à la finalisation de ce texte. Le vœu est adopté à l’unanimité (merci).

Compte (à rebours) postal

La Poste remet le couvert à La Plaine. Repoussée par la mobilisation des habitants en 2017 (exprimée par la pétition initiée par Cachan Ensemble), la fermeture complète et définitive du bureau de La Poste est de nouveau

La majorité municipale a présenté un vœu (lire le vœu) . Cachan Ensemble s’y est pleinement associé.

La Maire a informé le conseil qu’elle avait reçu la sollicitation d’un avis officiel, comme la procédure le prévoit en cas de projet de fermeture. Elle émettra un avis négatif bien sûr, mais la fermeture est « en marche » (tiens, il faudra aussi que je demande aux « marcheurs » cachanais ce qu’ils en pensent, je ne me souviens pas de les avoir entendu sur ce sujet non plus).

Cachan Ensemble s’inquiète de la période estivale (correspondant à des réductions d’horaires d’ouverture voire à une fermeture complète en août),  propice à baisser le rideau pour ne plus le relever. Nous prendrons l’initiative d’une mobilisation particulière pour cette période sensible afin que le quartier ne soit pas privé d’un service public essentiel pour les habitants et pour l’animation commerciale.

A suivre de près dans les prochaines semaines !

Très bel été, et rendez vous en septembre pour le conseil municipal de rentrée !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Pour une école de la réussite pour tous

Tribune de juillet-août 2018

Le gouvernement affiche une priorité nationale pour l’éducation avec une mesure phare : le dédoublement des classes de CP à la rentrée 2017 et de CE1 à la rentrée 2018. Le « 12 élèves par classe » ne s’applique qu’en réseau d’éducation prioritaire renforcé, dans seulement 2 200 écoles sur toute la France.

En effet, contrairement aux premières annonces, l’Éducation nationale ne déploie pas le
dispositif dans les quartiers politique de la ville. Ainsi le groupe scolaire Paul Doumer de Cachan est traité sans égard particulier malgré la mise en œuvre d’un contrat de ville. Avec en prime une classe de moins à la rentrée 2018.

Car faute de moyens supplémentaires en enseignants, le « 12 élèves par classe » absorbe les ressources disponibles et se traduit « en même temps » par une pénurie pour les autres communes. A Cachan très concrètement :
– pas d’ouverture de classe à la maternelle Belle Image malgré des effectifs dépassant 30 élèves par classe,
– fermeture d’une classe à l’élémentaire Carnot malgré un effectif dépassant 24 élèves par classe.

De plus, l’État va supprimer les Centres d’Information et d’Orientation (CIO). Celui de L’Haÿ fermera ses portes.

Notre groupe a contribué à la rédaction d’un vœu municipal et soutient les parents dans leurs actions pour enrayer ces suppressions de classes à Cachan. Celles-ci conduiraient en effet à dépasser très sensiblement les 24 enfants par classe dans toutes les écoles élémentaires.

Nous appelons aussi la municipalité à ouvrir une réflexion sur la carte scolaire dont elle est responsable. C’est notre seul levier pour harmoniser les effectifs des groupes scolaires et contraindre l’Éducation nationale.

Route départementale 920

Tribune de juin 2018

En 2006, l’Etat a transféré l’ex RN20 au Conseil départemental des Hauts de Seine (CD92). Les travaux à réaliser entre Cachan et Paris sont financés pour un tiers par le CD du Val de Marne.

Après 12 ans d’inaction et avoir supprimé la seule instance de concertation qui réunissait tous les acteurs concernés, le CD92 a subitement présenté un projet trop bien ficelé !

Concertation express : débutée le 26 mars, avec une réunion publique à Arcueil le 2 mai, à Cachan le 3 mai, et le 11 mai comme date butoir pour exprimer des réactions. Un projet critiqué sur deux axes :
– pas de voie réservée aux bus, sauf un court tronçon qui préfigure une réduction des lignes et de la fréquence vers la porte d’Orléans et un terminus du bus 187 à Bagneux en bout de la ligne 4 du métro : en vertu de quelle étude et de quelle concertation ? Aucune !
– une bande cyclable minimaliste sur le trottoir, sans séparation d’avec les piétons et à fleur des voiture en stationnement : les associations de cyclistes sont toutes vent débout !

Notre Maire organise le 5 juin une réunion de travail avec les comités de quartier Ouest, et toute personne intéressée, et a écrit au président du CD 92 pour lui faire accepter cette concertation : nous ne pouvons qu’approuver cette initiative.

Nous considérons le front de la RD920 comme un enjeu urbain prioritaire (cf le dossier sur notre blog) et la rénovation de l’axe routier comme structurante pour lancer une dynamique immobilière.

Prenons le temps de la concertation. Prenons en compte l’expertise d’usage des habitants. Nous avons attendu 15 ans, pas pour un projet inadapté qui va structurer nos déplacements et notre cadre de vie pour plusieurs décennies !

Démoulé à chaud n°6 !

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 24 mai 2018. Pour cette 1ère séance de notre nouvelle maire, être ou ne pas être…

En être (ou pas)

Notre nouvelle maire ouvre son premier conseil municipal. Nouveau plan de table de la municipalité (faut s’habituer) et ambiance détendue. C’est parti !

Pas mal de chaises vides dans les rangs de la majorité municipale (y voir un signe ?) et surtout la nouvelle place de notre ex-maire, vide,  dans l’angle (gauche ou mort au choix du lecteur).

Dans le public les rangs sont clairsemés aussi. A signaler une délégation En Marche, bel et bien assise … à droite (tout un symbole non ?).  Quant à la droite, nous aurons l’occasion d’y revenir tellement elle s’est distinguée dans cette séance de Conseil (rarement en bien).

Le Groupe Cachan Ensemble est au complet, et le rédacteur un peu seul dans la salle (message à peine subliminale pour la prochaine fois, à bon entendeur…).

Peut-être ?

Le Conseil examine les délégations de la maire (en gros ce qu’elle peut faire sans délibération préalable du Conseil).

Le sujet est sensible pour Cachan Ensemble qui s’était opposé en 2014, puis de nouveau le 7 avril dernier, à ce que le périmètre de délégation soit un copier/coller du maximum autorisé par la loi. La démocratie vaut bien de discuter collectivement en Conseil et en transparence les décisions engageant la ville !

La majorité municipale a fait un pas vers la réduction du seuil pour les marchés publics (1,5M€ au lieu de 5M€) même si le cocktail des 27 articles laisse encore à notre sens des seuils inadaptés pour notre ville (emprunt jusque 10M€).

En tout cas un vent de dialogue et d’échange aura soufflé, plutôt bon signe ! Cachan Ensemble fait également un pas et Thierry Didier annonce notre abstention.

Être et néant

Dès le premier vote la droite montre toute l’étendue de sa division : 2 pour (UDI) , 2 contre (LR) et une abstention (LR).

Pendant toute cette séance, un des élus du groupe LR a poursuivi sa guérilla contre la maire entamée lors du conseil d’investiture d’avril et reposant sur des questions comptables et procédurales. Dans ces groupes où les femmes ne prennent jamais la parole,  je ne me souviens pas d’une seule expression sur le fond des sujets en 4 ans de mandature. Que veulent-ils  pour notre (leur) ville ?

Bon mais le rédacteur s’enflamme, après tout c’est leur problème…et aussi le désespoir de leurs soutiens dans les travées du public sans doute !

Savoir être

Le conseil valide ensuite la signature des baux pour le l’espace cultuel musulman et culturel de Cachan. Un dossier géré conformément à la loi de 1905 et qui permet l’installation d’un lieu décent et intégré dans la ville.

Cette délibération sera l’occasion d’une sortie (de piste) des représentants de droite (LR) qui ont examiné le dossier soit avec une lorgnette juridique (allant jusqu’aux stipulations du bail sur le ramonage) soit pire à travers un filtre ethnique les emmenant sur les pentes dangereuses de la discrimination religieuse ou raciale. Heureusement, un l’élu UDI de leur liste aura une intervention plus œcuménique…

Dominique Lanoe resitue le débat et rappelle le cadre légal. Il en profite pour rappeler le risque de revoir l’équilibre de la loi de concordat de 1905, la démarche aventureuse d’un Sarkozy lorsqu’il avait voulu la réformer ou les réactions à la maladresses d’un Macron sur ce même sujet.

Dans le public, fier d’être soutien du Groupe Cachan Ensemble dans ces moments là !

Être humain, être social

Le Conseil a entendu le rapport sur l’accessibilité des handicapés : ça avance, jamais assez vite bien sûr, mais des avancées concrètes, des petits riens qui changent tout…ne rien lâcher pour progresser toujours.

Le Conseil a également pris acte du rapport sur l’attribution des logements sociaux. Catherine Busson a rappelé les 2 chiffres clés : 1 833 demandes non satisfaites fin 2017, 119 attributions nouvelles seulement en 2017.

Une bonne occasion pour Cachan Ensemble de rappeler que notre groupe est favorable à la réalisation de logements sociaux sur l’ensemble du territoire communal et que nos élus ont voté l’ensemble des délibérations favorisant cet objectif :  convention avec l’EPFIF (30% de logement social), garanti des emprunts des bailleurs sociaux, rachat de logements…Un engagement de nos élus en Conseil municipal  et de Thierry Didier au conseil d’administration de Cachan Habitat.

Être et Avoir

Le film de la suppression des classes touche une foi de plus notre ville, avec des suppressions de classes à Carnot, Doumer et Belle-Image. Empêtré dans sa priorité de dédoubler les classes à 12 dans les quartiers en difficulté, l’éducation nationale ne fait plus face à ses obligations ailleurs et réduit les autres moyens : RASED, CIO, alourdissement des effectifs par classes hors zones prioritaires,…

Notre ville est pénalisée et le Conseil municipal adopte un vœu appelant à mettre en œuvre les moyens nécessaires à la réussite scolaire pour tous et à défendre des écoles de Cachan.

Adopté à l’unanimité, le vœu a été établi après un large échange entre les groupes politiques et une forte implication de Cachan Ensemble.

Bien être

Le rédacteur ne résiste pas à signaler le renouvellement de la convention pour la prévention bucco-dentaire.

Manière de finir avec un sujet léger car le prochain Conseil de juin sera consacré au compte administratif 2017. Sortez vos calculettes et rendez-vous le jeudi 28 juin à 20h30 !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Asile et immigration : non à une loi liberticide et inefficace

Tribune de mai 2018

Cachan Ensemble s’élève résolument contre les dispositions régressives et dangereuses de la loi « Asile et immigration » votée en urgence et qui va considérablement dégrader la situation matérielle et les droits fondamentaux d’un très grand nombre de personnes étrangères, accentuant encore la maltraitance des institutions envers elles.

Cette loi, destinée à réformer « en même temps » la procédure d’asile et la gestion de l’immigration, prend hypocritement prétexte d’une meilleure garantie du « droit d’asile » pour mieux l’opposer à « l’immigration », et en profite pour instaurer des mesures renforcées de restrictions, de contrôles et de « tris », avec le but d’empêcher l’entrée du territoire, d’expulser et de bannir.

Le droit d’asile découle de la Convention de Genève qui garantit à toute personne humaine le droit de solliciter une protection après avoir fui son pays pour des raisons politiques. Il ne doit en aucun cas être détourné pour servir d’instrument d’une politique migratoire.

La question très complexe des flux migratoires fait intervenir des positionnements souvent idéologiques plutôt qu’une analyse raisonnée des faits : elle ne sera pas résolue à coup de lois toujours plus liberticides.

Nous vous appelons à venir vous informer et débattre le 13 juin autour de deux praticiens du droit d’asile et de l’immigration (dnvblog.wordpress.com/).

Cachan Ensemble condamne vigoureusement cette loi qui ébranle les principes fondamentaux de notre démocratie et vous appelle à rejoindre la mobilisation des citoyens et des associations soutenant les demandeurs d’asile et les migrants.

Nos villes doivent demeurer des terres d’accueil.