Le nouveau contexte du stationnement payant

Complément du 30 mars 2018

Lors de la réunion publique du 7mars qui a rassemblé environ 70 personnes, Mme Hélène de Comarmond, première adjointe au maire, a précisé en conclusion que cette étude allait se poursuivre dans la concertation.

Les scénarios présentés se caractérisent par deux éléments principaux :

  • • la tarification sur voirie et dans les parkings restent inchangés,
  • • les zones de stationnement payant sont étendues de manière significative, même dans le scénario 1 minimaliste, pour concerner l’ensemble du territoire de la commune dans le scénario 3.

Notre vision est assez différente comme le montrent nos propositions.

Dans cet esprit, nous avons communiqué au Comité de pilotage les propositions de Cachan Ensemble (à consulter ici).

La présentation faite par la mairie et le bureau d’étude le 7 mars étant trop volumineuse, nous ne pouvons la mettre à votre disposition sur notre site.
En revanche, nous pouvons l’envoyer sous forme numérique à toute personne qui nous la demandera (contact : cachan2014@gmail.com).


3 mars 2018

Depuis le 1er janvier, dans le cadre de la loi de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles (loi MAPTAM), la gestion du stationnement payant n’est plus un acte de police. Elle est devenue un acte de gestion du domaine public qui donne lieu à la perception d’une redevance d’occupation par l’usager (et non plus d’un droit de stationnement).

Comme auparavant, l’usager choisit la durée prévisionnelle de son stationnement et acquitte le paiement correspondant. La différence est que s’il dépasse cette durée (ou s’il n’a rien payé), il sera redevable non plus d’une amende forfaitaire fixée par l’État (17 €), mais d’un complément à hauteur d’un « forfait post-stationnement » (FPS) fixé par le Conseil municipal de la commune. Ce forfait correspond au tarif maximum applicable dans la ville.

Alors qu’auparavant les amendes étaient encaissées par l’État et ne donnaient lieu qu’à un infime reversement aux villes, les recettes des forfaits post-stationnement sont maintenant encaissées par la collectivité territoriale qui a décidé d’instituer la redevance (donc la Ville de Cachan) et donneront lieu ensuite à une répartition avec celles qui sont compétentes en matière de voirie et/ou d’organisation de la mobilité (les modalités restent à définir pour l’Île de France).

Le stationnement constitue un ou plusieurs maillons d’une chaîne de trajets ou de déplacements au quotidien.

La mairie a lancé une démarche globale pour mettre à plat tous les problèmes et enjeux du stationnement à Cachan et missionné un cabinet d’études (EREA-Conseil) pour mener des enquêtes de terrain dans le cadre d’une étude et d’une aide à la décision pour mettre en place un plan global de stationnement en redéfinissant les zones payantes et leurs tarifs, en intégrant également les parcs de stationnement Dumotel et Hénouille.

Cachan Ensemble s’est intéressé à cette démarche depuis le début. Un-e de ses élus municipaux participe au Comité de pilotage, l’une de ses membres fait partie de l’Atelier citoyen.

Nous vous livrons notre analyse (à lire ici) et vous incitons vivement à participer à la réunion publique organisée par la Ville le 7 mars à 19h à l’Hotel de Ville.

Nous vous proposons aussi un panorama des projets conduits dans les ville voisines (à lire ici) pour compléter votre information.

3 mars 2018

Gérard Najman

Stationnement payant à Cachan : qui va piano va sano

Tribune de mars 2018

Texte paru dans Cachan Le Mag de mars 2018

Pour Cachan Ensemble, la participation citoyenne est un élément déterminant dans les processus de décision.

La démarche suivie pour l‘évolution du stationnement payant intègre les ingrédients nécessaires à une bonne concertation : un comité de pilotage pluraliste, une étude par un cabinet externe, un sondage auprès de la population, un atelier citoyen, un passage dans les comités de quartier…puis des réunions publiques, préalables à une décision du Conseil municipal.

Aboutira-t-on à une décision partagée et propice à éviter les tensions sur ce sujet délicat ? C’est possible, à certaines conditions.

Jusqu’à présent ces différents outils n’ont pas été reliés entre eux. Ainsi, les comités de quartier n’ont donné lieu à aucune présentation formelle des résultats des études, sondages et réflexions en atelier citoyen.

Le 7 mars, la mairie va présenter un diagnostic et ses hypothèses de solutions. Des expériences réalisées ailleurs seront-elles exposées pour alimenter le débat ?

Une concertation efficace demande un temps de maturation, surtout en matière de stationnement où chacun se sent spécialiste. Or le projet municipal nous a semblé centré sur le mode de gestion des futures dispositions.

La Ville de Cachan a pris les décisions essentielles pour être conforme à la loi. Prenons le temps du débat, progressons pas à pas avec les Cachanais, examinons plusieurs projets.

Cachan Ensemble a travaillé ce sujet complexe et sensible et étudié les systèmes des villes environnantes. Nous portons des propositions (http://cachan-ensemble.fr/) pour contribuer à la réussite de ce projet : celle-ci dépendra fortement de l’adhésion des Cachanais.

 


Cachan Ensemble, citoyens avant tout

Tribune de février 2018

En 2017, les partis politiques traditionnels ont vécu un rejet massif de l’électorat au profit de l’émergence de nouvelles formes d’organisation politique. L’une de celles-ci, structurée par le nouveau président de la République, en a tiré profit en concentrant sur elle tous les pouvoirs issus du système de la Ve République.

Les anciens et les nouveaux partis, mouvements et clubs diffèrent par leurs visions européennes, économiques et sociales.

Pendant ce temps l’extrême-droite continue d’avancer en Europe et le néo-libéralisme prospère : luttons contre la peur de l’autre et le pouvoir de l’argent !

Face à ce marasme des anciens « grands partis » et à la confusion politique entretenue par Emmanuel Macron, notre collectif citoyen Cachan Ensemble poursuit ses actions fédératrices guidées par des valeurs bien ancrées : défense des solidarités et des biens communs du vivre ensemble, soutien à une gestion locale et une relation au plus proche des habitants.

Actifs au sein du Conseil municipal, nous privilégions aussi la rotation des élus pour permettre au plus grand nombre de citoyens de notre liste de se former à cette expérience démocratique.

Nous souhaitons la bienvenue à Catherine Busson, nouvellement élue qui porte ce renouveau au sein du groupe. Nous remercions Marianne Jaouen pour son engagement depuis l’origine de cette aventure collective.

Le monde bouge ? Pas sans nous !

Le monde change ? Alors chiche, continuons à agir localement pour que la démocratie participative et l’écologie triomphent : une part de budget participatif, l’aménagement concerté de la RD920, du centre-ville, du site de l’ENS, une politique culturelle en débat …

 

Démoulé à chaud n°4

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les séances du Conseil municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 25 janvier 2018. Conseil portant sur le débat d’orientation budgétaire. Question de point de vue !

Avec vue :

Ce Conseil est de nouveau marqué par un fort absentéisme dans les rangs de la majorité. Il faut bien dire que ce ne doit pas être motivant d’être simple conseiller, sans voix au chapitre. En tout cas l’opposition (la droite) et l’alternative citoyenne (ça c’est nous) sont présents !

Point positif, dans le public nous avons du coup une vue dégagée pour ne rien perdre des postures dans la travée des maires adjoints, c’est toujours instructif !

Pas vue :

Suite à la démission de Marianne Jaouen – M. le Maire l’affublant du patronyme de « Janot » (ndr : conseillère démissionnaire du PC) ou de  celui de « Jaoui » (ndr : sans doute la comédienne et réalisatrice b ien connue) -, Cachan Ensemble siégera exceptionnellement à 3.

Catherine Busson va prochainement être appelée à siéger et rejoindre notre groupe. Cette militante très impliquée dans le tissu associatif et le logement social va poursuivre son engagement sur ce nouveau terrain.  En attendant elle est dans le public avec nous.

Convergence de vue :

Le débat d’orientation budgétaire (DOB) aura au moins permis un alignement de vue sur les méfaits de la politique du gouvernement. Les communes sont progressivement mises sous tutelle avec un plafonnement de leurs dépenses (+1,2% en 2018) et une détermination de leurs ressources par l’État (dotations, suppression de la Taxe d’habitation…). Un véritable attentat contre la démocratie locale et une remise en cause des services publics de proximité !

Tous les groupes politiques y vont de leur tirade sur la politique nationale…il faut bien avouer qu’aucun ne porte la politique du gouvernement ou n’a soutenu Macron, alors l’exercice est facile.

Les citoyens feront la part des choses entre ceux qui ont toujours porté cette contestation  et ceux pour lesquels elle est une posture nouvelle.

Myopie :

En revanche quand il s’agit de revenir au local, la vision de près fait défaut à la plupart des orateurs.

En définitive, seules deux forces portent une vision des questions financières locales : la municipalité qui porte son bilan (toujours très rose) et Cachan Ensemble qui consacre plus de 2/3 de son intervention au sujet.

Pour les autres ce sera rien ou pas grand chose, oscillant du  » tout va très bien Mme La Marquise » (partis de la majorité) à « je sais rien mais je dirai tout » (droite)….

Strabisme :

…il faut bien avouer qu’en 3 prises de paroles, la droite  aura réussi à ne rien évoquer de local et à digresser entre un cours d’économie et une analyse politique des résultats électoraux 2017. Cela devient une habitude et n’est pas très sérieux, il faudrait tout de même étudier vos dossiers (ndr : je dis ça, je dis rien, en fait nous ne sommes pas pressés de vous voir progresser) !

Au passage : trois interventions, trois hommes. Les femmes auront-elles la parole avant la fin de la mandature dans ce groupe ?

Bien Vue :

Cachan  Ensemble aura une fois de plus permis d’ouvrir un débat dans cette présentation convenue avec deux sujets phare : Le maintien des services publics locaux et l’adaptation de la politique d’investissement aux capacités de notre ville.

N’en déplaise au Maire, la question n’est pas sur le principe de l’emprunt (inutile de rappeler que rien n’est possible sans, chacun le sait) mais son volume (et là l’explication « les taux sont bas, endettons-nous » parait un peu courte) .

La solution réside dans la participation citoyenne pour que les décisions de dépense soient prises collectivement et en transparence. Le contexte l’exige !

A revoir :

Cachan Ensemble a constaté l’absence des crédits prévus sur 2017-2019 pour le projet de ferme pédagogique. Retrait ou report d’un projet difficile à équilibrer en fonctionnement comme nous l’avions fait valoir , voire transfert au Territoire Grand-Orly-Seine-Bièvre ? Pas de réponse en séance mais nous relancerons lors de la présentation du budget 2018.

Rendez-vous donc en mars pour le budget qui doit traduire pour 2018 les engagements financiers de la Ville.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Ceci n’est pas une tribune

… et ceci n’est pas une pipe (d’après Magritte)

Tribune de janvier 2018

Texte paru dans Cachan Le Mag de janvier 2018

Nous avions préparé une tribune de nouvelle année.
Nous la remplaçons par le message qui suit.

Vendredi 22 décembre, une heure avant la limite de remise des tribunes, nous avons été informés que celle-ci était décalée au jeudi 28 afin de permettre à la majorité municipale de finaliser en 14 pages un « bilan de mi-mandat », à la place du dossier central habituellement de 6 pages, les autres groupes politiques restant cantonnés à leur malheureux quart de page habituel.

En ne publiant pas le texte prévu, nous entendons protester publiquement contre cette politique du fait accompli et cette confiscation de l’information par la majorité municipale. Nous avons immédiatement saisi le préfet du Val-de-Marne de cette entorse au droit d’expression des élus minoritaires.

Nous refusons tout aussi catégoriquement d’inscrire notre part du suivi de bilan dans une tribune remaniée en urgence et maintenue dans son format habituel. Nous ne serons pas l’alouette dans ce pâté de mauvais cheval !

Dans le même temps, la mairie n’est, une fois de plus, pas en mesure de trouver une salle pour notre réception de début d’année. Bizarre ? Non, malheureusement habituel !

Nous nous réunirons néanmoins le 13 janvier pour fêter la nouvelle année !

Nous vous souhaitons à toutes et à tous une très belle année 2018.

Retrouvez notre tribune initiale de janvier et toutes nos actualités.

Tous nos meilleurs voeux pour 2018 !

Tribune de janvier 2018

Texte rédigé initialement et non publié

2017 : une année terrible pour la gauche, dispersée ‘’façon puzzle’’.

Les partis de ‘’gouvernement’’ se cherchent, de nouvelles organisations politiques émergent. Les anciens et les nouveaux partis, mouvements et clubs diffèrent par leurs visions européennes, économiques et sociales.

Pendant ce temps, l’extrême-droite continue d’avancer en Europe et le néo-libéralisme prospère : luttons contre la peur de l’autre et le pouvoir de l’argent !

La défense des solidarités et des biens communs du vivre ensemble ont guidé les vœux
municipaux que nous avons soutenus ou initiés en 2017 :

– soutien aux salariés de Cyclocity, oubliés du nouveau marché Vélib’ ;
– contre la réduction des crédits Politique de la Ville et la suppression des emplois aidés ;
– pour la gestion de l’eau en régie publique, et non plus en délégation à des intérêts privés ;
– contre la réduction des Aides Personnalisées au Logement (APL) qui va faire des dégâts chez les organismes de logement.

Tous ont en commun de favoriser une gestion locale au plus proche des habitants.
Nous nous réjouissons d’avoir contribué à faire converger les forces de gauche, et parfois la droite, sur ces engagements pour dire non aux politiques qui brident les énergies locales.

De cette année électorale au goût amer, nous préférerons retenir ces actions fédératrices sur les valeurs communes et notre rôle de minorité agissante.

Le monde bouge ? Pas sans nous !
Le monde change ? Alors, en 2018, continuons à agir localement pour que la démocratie
participative triomphe : une part de budget participatif, aménagement de la RD920, du centre-ville, du site de l’ENS, politique culturelle …

Nous vous souhaitons à toutes et à tous une très belle année 2018.

Démoulé à chaud n°3

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les séances du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 21 décembre 2017. Conseil d’hiver, question de température !

Sièges froids :

En ce premier jour d’hiver, les rangs du Conseil municipal sont quelque peu clairsemés….seul Cachan Ensemble est au complet avec ses quatre représentants bien serrés pour se tenir chaud. Et c’est parti !

Tiédissement :

le Conseil égrène les rapports (donner acte), les mesures techniques,..

La présentation du DICRIM, document d’information sur les risques majeurs dans notre commune donne lieu à quelques échanges. Le document semble impropre à une communication directe aux citoyens (complexe, incomplet, peu pédagogique…). On doit pouvoir faire mieux pour décrire les risques, les mesures prises et à prendre en cas de sinistre ou de catastrophe…

Passage savoureux – s’il ne portait sur un sujet aussi sérieux- quand le maire admet que ce document n’est pas un document d’information du public…contrairement à son objet et à son titre ! Quand l’art de l’élocution prend le dessus sur le sens…

Réchauffement :

Comme prévu nous réintégrons les terrains préemptés par le SAF pour la ville il y a 10 ans : près de 3M€ pour commencer l’année, avant même le vote du budget ! Décidément cet endettement indirect revient en boomerang et les projets sur ces quartiers sont bien longs à se dessiner.

Heureusement, la convention avec l’EPFIF signée en 2016 permet de reprendre certaines zones et  de conduire de vrai projets, fortement dotés en logements sociaux (30% nous y veillerons), dans des délais plus courts.

La température monte :

Le Conseil doit délibérer pour clôturer la ZAC Desmoulins. C’est effectivement un beau succès en termes de salubrité urbaine et de développement du logements à Cachan. Personne ne conteste ces points.

Mais il y a un bémol : les équipements publics prévus n’ont pas été réalisés a niveau prévu en 1995 puis revu en 2003. Manquent un gymnase, des locaux socio-éducatifs et associatifs…

Comme d’habitude le bilan tiré par la majorité est tout rose ! D’autres solutions (meilleures bien sûr) viendront remplacer les équipements (plus tard bien sûr aussi)…sauf que la délibération soumise au vote -le seul élément définitif du dossier présenté – mentionne que les équipements prévus en 2003 ont été réalisés ! Nos conseillers décident de ne pas valider la clôture de la ZAC…

Chaud bouill’ :

…le vote de nos 4 élus a le don d’agacer (on n’a pas le droit de voter contre ?). Et nous voilà parti pour un long exposé d’un  Maire qui ne supporte pas la mise en cause de sa politique urbaine.Va falloir être patient…encore un peu…ouf c’est fini !

Que faut-il retenir de cette diatribe enflammée ? Une proposition possible, en résumant beaucoup : un jeune militant du sport associatif était entré en politique en 1983 pour développer les équipements sportifs…devenu maire il a inclus ledit équipement dans un projet de ZAC qui est considéré achevée…et 35 ans plus tard on cherche toujours le projet de gymnase supplémentaire ! D’accord c’est partial mais comme dirait Audiard :  » je te dis pas que c’est pas injuste, je te dis que ça soulage ». A mauvaise foi, mauvaise foi et demie !

Chaud-froid :

En fin de séance, Marianne Jaouen prend la parole pour annoncer sa démission. Un moment court et informel pour dire au revoir mais pas adieu, simplement et chaleureusement, aux amis comme aux adversaires.

Notre Maire aura une réponse peut être justifiée au fond mais pour le moins ni très courtoise ni très élégante. Avant de clôturer la séance par un à peine chaleureux « bonnes fêtes ».

Rendez-vous en 2018…dès janvier !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

 

3 Questions à Marianne Jaouen

Marianne, à l’heure de quitter les rangs du conseil municipal, quel bilan tires-tu de tes 3 années et demi de mandat ?

Je suis fière du bilan de notre Groupe . En 3 années nous avons démontré qu’un groupe n’appartenant pas à la majorité municipale, et donc ne disposant pas de toute l’information et de l’appui des services, peut conduire un travail sérieux, documenté et cohérent. Malgré la frustration qui est le lot des opposants, nous avons pu obtenir des résultats comme le vote du dernier vœu en faveur de la régie publique de l’eau par exemple, proposé par Cachan Ensemble et approuvé par la majorité municipale. Cachan Ensemble est une voix crédible et audible.

Je retiens aussi la difficulté de mener notre travail d’élu au sein d’un groupe minoritaire au sein du Conseil municipal de Cachan. Notre action sur les questions environnementales est utile mais le chemin est encore long pour atteindre l’excellence dans notre ville.

Alors pourquoi quittes-tu cette aventure avant la fin ?

D’abord je ne quitte pas Cachan Ensemble, je démissionne de mon mandat de conseillère.Cette décision est en accord avec mes convictions sur l’intérêt de permettre à d’autres d’acquérir une expérience politique.

Ce n’est pas une surprise car j’avais annoncé ce principe politique avant même d’être élue. Ainsi Cachan Ensemble a assuré à mi-mandat une rotation de la moitié de ses conseillers municipaux.

Justement, tu es une militante, comment vas-tu te réinvestir ?

Mon engagement municipal et politique est comme chacun sait tourné vers l’écologie  et la prise en compte des citoyens dans les décisions politiques. Je crois avant tout que l’intelligence collective bonifie les projets. J’ai en permanence porté des positions pour que ces idées avancent ici et maintenant dans notre ville.

Cachan a le terreau pour devenir une expérience de ville écologiquement responsable en favorisant les initiatives citoyennes. Je souhaite maintenant m’investir plus concrètement dans le mouvement associatif. Je travaille aussi sur la qualité environnementale dans les constructions et les projets d’aménagement et j’aimerais apporter mes compétences sur ce sujet.

Merci Marianne, et donc à tout bientôt !

Le logement social en danger

Tribune de décembre 2017

Le logement social à Cachan, c’est plus d’un logement sur trois.

Malgré ce nombre, l’attente est de plusieurs années pour l’attribution d’un logement. Le nombre de demandes avoisine en effet 1.500.

Cachan Habitat, l’organisme HLM de la ville, gère plus de 2.000 logements, situés principalement à La Plaine.
Les équilibres financiers ont été retrouvés sans aide extérieure depuis 2015. Son patrimoine s’est enrichi de 600 logements, qu’il faut mettre aux normes et améliorer.

De nombreux projets sont à l’étude, notamment l’amélioration des performances énergétiques des 67 logements de la tour Marc Sangnier et de 497 logements de l’ex SAIEM situés à la Plaine.

Dans son premier budget, le gouvernement a fait voter par sa majorité parlementaire une baisse des Aides Personnalisées au Logement (APL) et sa compensation par une baisse des loyers des bailleurs sociaux ! (article 52 de la loi de finances 2018).

Plus de 600 locataires de Cachan Habitat touchent des APL. Avec le nouveau calcul des loyers, les ressources diminuent de 800.000 € (soit 8,5 % du montant des loyers) et les comptes passent dans le rouge. Cachan Habitat n’a plus la capacité d’engager de nouveaux travaux.

Quel est le bénéfice pour les locataires ? Aucun, bien au contraire !
C’est moins de projets d’amélioration, moins d’entretien des logements, moins de confort pour tous les locataires.
C’est aussi moins de travail pour les artisans et les PME du secteur du bâtiment.

Le Conseil municipal a adopté à l’unanimité un vœu demandant le retrait de cet article 52.
Ce vœu présenté par tous les groupes de la majorité municipale et Cachan Ensemble, est la
poursuite de la mobilisation nécessaire contre cette décision.

Hommage à Gontran Guanaes Netto

Gontran Guanaes Netto est décédé samedi 25 novembre.

Photo prise par Maria Júlia Marchini au vernissage de l’exposition Paysans – Cachan – 3 novembre 2016

Peintre brésilien de renom, installé à Cachan depuis plusieurs années, il avait monté plusieurs expositions, dont la dernière « PAYSANS » à l’Orangerie fin 2016.
Son engagement politique fort, sincère, son humanisme, son désintéressement total rare, la complicité qu’il pouvait avoir avec ses amis de combat, ce cœur si grand pour les défavorisés…. en faisaient un très grand homme. Quand il parlait, ses yeux pétillaient d’intelligence, et il aimait émailler ses phrases de références politiques pertinentes.

Et il portait son art aux couleurs si vives, si belles, si généreuses à un niveau aussi élevé que l’était son engagement en faveur de ces humbles qu’il aimait !
Il fut le créateur d’une œuvre foisonnante qui donne aux petits, aux sans terre, aux pauvres,  toute la force et la pugnacité de ses traits et de ses coloris somptueux, sans doute pour faire sortir ces opprimés de leur condition, les venger peut-être.
Une de ses œuvres géantes est exposée dans le métro de Sao Paulo, communiquant un peu de sa puissance aux travailleurs qui la voient chaque jour. Il en était heureux.

Merci Gontran, pour le militant infatigable, l’artiste magnifique, l’homme généreux que tu as été.

Texte de Claude Plan

La cérémonie de crémation se déroulera au funérarium du Père Lachaise mardi 5 décembre à 10h30.
Par ailleurs, son atelier du 76bis rue Etienne Dolet sera ouvert le même jour de 18h à 21h pour rendre hommage à l’artiste et à l’homme engagé et généreux.
Vous pourrez y voir ou revoir ses magnifiques tableaux.