Cachan Ensemble va faire Cachan en commun

Cachan Ensemble a décidé de participer au collectif de la gauche unie pour les élections municipales de 2020, sous la bannière Cachan en commun.

Ce nouveau collectif sera le moyen de traduire nos ambitions et de poursuivre l’action   pour favoriser la démocratie et la participation citoyenne.

signer la charte

participer aux ateliers

Cachan Ensemble s’inscrit dans la continuité du mandat 2014-2020 et des positions de nos six conseillers municipaux successifs. En six années, Cachan Ensemble a pesé sur la vie locale et les pratiques municipales et entend poursuivre sans relâche ce travail de fond pour faire entendre la voix de chacun.

Seule la participation active de tous évitera l’abstention, le vote extrême,… le renouvellement des pratiques politiques n’est pas une option, c’est une obligation de tous les jours. Cachan  Ensemble la portera  chaque jour au sein du collectif de la gauche unie. Pour faire Cachan en commun !

Lire le communique de presse de Cachan Ensemble

Voir les photos de la soirée de lancement de Cachan en commun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ommun

 

 

 

Démoulé à chaud n°14

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 4 juillet  2019.  Ou comment « loger » les 32 points d’ordre du jour de cette séance d’avant vacances…

Logi-ciel

Séance assez numérique avec la charte informatique et téléphonique, la modernisation des paiements électroniques, l’équipement logiciel des médiathèques, la mise à disposition des données publiques (à des fins statistiques selon obligation légale) … Nous dans le public nous sommes « in real life ».

Les conseillers sont présents aussi, devant leur tablette tactile, … bon juste les micros qui ne veulent pas marcher, va falloir tendre l’oreille.

Logi-que

Le conseil valide à l’unanimité la vente des parcelles du controversé projet Cousté-Guichard. Depuis 1 an la municipalité a initié un atelier citoyen qui a permis de faire évoluer le projet en sauvegardant un espace public plus important afin d’aménager la circulation, d’ouvrir l’entrée de la future promenade de Bièvre, de mieux positionner les commerces… à la satisfaction de toutes les parties.

Catherine Busson prend la parole pour Cachan Ensemble (lire l’intervention) et souligne l’avancée réalisée pour la démocratie participative. Unanimité.

Loge-ment

La séance aura aussi permis de marquer l’engagement de la ville pour le logement social : garantie d’emprunt à EFIDIS permettant d’obtenir en contrepartie des droits de réservation à la main de la ville, convention avec Valophis pour contrôler l’utilisation de l’exonération de taxe foncière au service des habitants, adhésion au « pack mobilité » pour favoriser le échanges de logements et les mutations au sein du parc HLM…

Surtout, le Conseil municipal a validé la fusion de Cachan Habitat avec ses homologues d’Arcueil-Gentilly et du Kremlin-Bicêtre. La seule solution pour espérer atteindre le nombre de 12.000 logement imposés par la loi ELAN et conserver une implication municipale dans ce sujet si important pour le habitants. Il manque encore 2500 logement pour parvenir à ce seuil, il faudra construire ou acheter d’ici 2022…

Afin d’accroître les chances d’y parvenir, le Conseil adopte en fin de séance un vœu (lire ici) pour permettre le maintien des organismes HLM de plus de 40 millions de chiffre d’affaires.

Eco-logie

Le Conseil valide la mise à disposition du toit de l’école de La Plaine à la coopérative Sud Paris Soleil. Cet engagement municipal est nécessaire pour amorcer le projet et favoriser une production locale d’énergie verte.

Face au défi climatique, tout doit être essayé et les petits ruisseaux font les grandes rivières. Si quelqu’un peut expliquer ceci aux élus de droite afin qu’ils ne campent plus sur des positions attentistes rétrogrades … Alors retenons plutôt de participer positivement à cette expérience d’écologie locale active.

Et pour faire bonne mesure, la ville adopte aussi la charte d’engagement pour une métropole nature. A quand la ville comestible ?

Logi-vore

Justement, le conseil valide la fin de la délégation de service du marché aux comestibles. Retour vers une régie municipale pour un exercice direct par la ville. On est pour sans réserve

Le Conseil vote un  vœu demander l’arrêt de la réforme des trésoreries municipales. Celle de Cachan est menacé de fermeture, encore un serve d’État qui se retire  en laissant les plus fragiles livrés à eux-mêmes.

Dans ce contexte, la ville a pour enjeu de conserver localement les services publics et de maintenir un lien avec les habitants. Enjeu crucial mais complexe pour des communes privés de moyens d’intervention par ceux-là mêmes qui leur aise  ce rôle.

Passez néanmoins un bel été, en profitant des offres de la ville (sports, centres de loisirs, cinéma de plein air, séjours à la mer…). Et rendez vous dès cet automne pour « démouler » les derniers mois de cette mandature 2014-2020.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Valouette, gentille Valouette…

Résultat de recherche d'images pour "pictogramme bus"

Tribune juillet-août 2019

A la demande de Cachan Ensemble le Conseil municipal a été informé des projets de la Métropole du Grand-Paris et au territoire Grand-Orly-Seine-Bièvre (24 villes) qui a remplacé la Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre (7 villes). Notre volonté est de garder une vue locale de ces instances indirectes et lointaines qui impactent notre quotidien : gestion de l’eau, déchets, plan d’urbanisme, piscines, théâtre… et désormais aussi les transports locaux, nos chères Valouettes.

Les 7 lignes du réseau Valouette allaient-elles survivre à cette transformation des institutions ?  Les lignes V2 à V7 sont maintenues à l’identique :notre V3 cachanaise reste en service et gratuite.

La V1 qui traverse plusieurs communes et dessert les gares du RER B et le CHU du Kremlin-Bicêtre entre dans le réseau régional et devient la ligne RATP 193. C’est la reconnaissance de son utilité dans le maillage intercommunal et sa fréquence est d’ailleurs portée à 20 minutes contre 30 minutes précédemment.
En revanche, son parcours est réduit et elle intègre la tarification standard, Pass Navigo ou ticket t+ par trajet.

Cachan Ensemble souhaite qu’île-de-France Mobilités, organisatrice des transports, mette en place des pass adaptés à des personnes voyageant localement sur les lignes RATP dans les villes de banlieue. Pour que, par exemple, les Cachanais qui voyagent dans Cachan sur les lignes 162, 184, 187 et 193 bénéficient d’un tarif adapté et favorisant les transports collectifs.

Il restera à exiger de la RATP la mise en place des véhicules électriques ou hybrides dans le cadre du renouvellement de ses véhicules.

Favoriser l’usage des transports collectifs avec des véhicules propres !

Démoulé à chaud n°13

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 6 juin  2019.  Et pour ce 13ème « démoulé à chaud », conjurons le mauvais sort…

13 sans table

Sur les bancs du public, nous sommes 13 et Cachan Ensemble tient la majorité des chaises!  Au passage, il faudra vraiment faire quelque chose pour le confort de nos séants (à Cachan Ensemble on a bien émis des idées, assez écolo au demeurant, mais ce n’est pas avouable dans ce billet).

Mais trêve de plaisanterie, autour de la table, nos conseillers sont prêts. C’est parti !

Sous l’échelle

Cette séance de juin enregistre l’approbation du compte de gestion et du compte administratif.

Se trouve confirmés une meilleure maîtrise du budget et  le retour à un excédent de fonctionnement. Pas une mince affaire en ces temps où le gouvernement s’attaque aux recettes des collectivités.

En parallèle, l’endettement est réduit, en appui sur l’inflexion de la politique d’acquisition foncière dans certains quartiers. Bref l’escalade que Cachan Ensemble avait regrettée est enrayé… on évite l’échelle !

Chat noir

Le Conseil aura aussi modifié le tableau des emplois et procédé à l’ouverture de deux postes de personnels de santé. La droite n’aura pas comme de coutume vilipendé les promotions d’agent et l’emploi public et aura même déclenché l’hilarité du conseil en proposant un candidat médecin… Le chat noir est évité, mais restons sur nos gardes !

Et, un bonheur n’arrivant jamais seul, le conseil aura enregistré une prise de parole d’une conseillère de droite… il étrait temps, la mandature s’achève prochainement.

Parapluie

La ville n’ouvre pas le parapluie sur le handicap. Elle poursuit son obligation de rendre accessible les espaces publics pour les personnes à mobilité réduite.

Sandrine Churaqui, membre de la commission,  prend la parole pour Cachan Ensemble (lire l’intervention). Le rapport annuel retrace les avancées et actions, mais il faudrait accélérer les investissements même si les travaux sur les installations existantes nécessitent des calendriers plus longs.

Miroir brisé

A la demande de Cachan Ensemble, le conseil se termine avec un échange sur les dossiers traités par la métropole du grand Paris (en l’absence du conseiller métropolitain) et le territoire-Grand-Orly Seine Bièvre (nom de code T12, trois conseillers de la majorité).

Un moment pour prendre conscience de l’impact sur le quotidien de ces instances lointaines : ordures ménagères, eau et assainissement, plan d’urbanisme … un ensemble de sujets qui conditionnent nos services publics et sont au cœur de l’écologie active quotidienne.

L’occasion aussi de prendre des nouvelles de nos valouettes après la disparition de la Communauté d’agglomération du val de Bièvre. Nous consacrerons notre tribune de juillet-août à la question (lire ici).

Alors ne brisons pas le miroir et continuons de faire la transparence. Pour remettre le territoire à portée, sinon d’engueulade, du moins des usagers et des habitants.

 

Rendez vous le jeudi 4 juillet pour le dernier conseil municipal avant les vacances.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

Améliorer la qualité de l’air : oui, mais …

Résultat de recherche d'images pour "zfe"

 

Tribune de juin 2019

La qualité de l’air en région parisienne n’est pas bonne : la concentration en particules fines et en dioxyde d’azote dépasse les valeurs limites des normes européennes.
La Commission européenne a donc mis en demeure la France de mettre en place des mesures avec obligation de résultats.

Le Conseil de la Métropole du Grand Paris (MGP) a décidé en novembre 2018 de créer à l’intérieur de l’autoroute A86 une zone à faibles émissions (ZFE).
Il reviendra aux maires de prendre les arrêtés nécessaires.
Concrètement, dès le 1er juillet, la circulation sera interdite aux véhicules très anciens et très polluants (Crit’Air5 et non Crit’Air), c’est à dire :
les voitures et véhicules utilitaires diesel d’avant le 1er janvier 2001 et voitures essence d’avant le 1er juin 2000, ainsi que les véhicules utilitaires légers essence d’avant le 1er janvier 1997 (interdiction du lundi au vendredi de 8h à 20h),
les poids lourds et autobus/autocars diesel d’avant le 1er octobre 2001 et essence d’avant le 1er octobre 2006 (interdiction 24h/24 et 7j/7).

Ces mesures sont brutales et non concertées : dans un mois, environ 800 véhicules cachanais seront immobilisés en semaine, privant de moyens de déplacement les plus modestes.
Une fois de plus des autorités lointaines pèsent sur le quotidien des habitants.
Nous approuvons la maire dans ses demandes au président de la MGP de mise en place d’aides significatives aux personnes les plus fragiles pour le remplacement de leur véhicule et dans sa volonté de lancer une consultation citoyenne et faire délibérer le Conseil municipal : en l’absence de telles mesures d’accompagnement, nous prendrons position contre cette mesure.

 

Cachan, développement urbain participatif ?

Tribune de mai 2019

Comment Cachan peut-elle se développer et rester authentique, entrer dans la métropole du Grand Paris et rester une ville à taille humaine ? Et surtout comment le faire avec ses habitants ?

Notre ville a beaucoup bâti depuis 15 ans : elle s’est un peu égarée dans une stratégie trop immobilière que Cachan Ensemble a condamnée de 2014 à 2017. L’ancien maire a trop souvent agi seul, sans associer les habitants, ou au gré de pseudo-concertations. 700 habitants ont interpellé sans succès le Conseil municipal par une pétition sur le projet immobilier du coeur de ville. Un recours a été déposé contre le permis de construire en 2017 par une association locale.

La nouvelle municipalité est revenue sur ce projet en annulant ce permis. Elle a mené plusieurs ateliers avec les requérants : l’un des résultats tangibles a été l’augmentation de l’espace public disponible rue Guichard pour l’animation urbaine.
Elle agit pour limiter l’emprise des promoteurs dans le contexte réglementaire permissif du PLU : cet objectif se traduit par une démarche d’élaboration avec les habitants d’une charte promoteur dont les préconisations orienteront l’évolution de notre belle ville.

Des projets structurants bousculent notre territoire : éco-quartier autour de la gare Arcueil-Cachan, avenir du campus de l’ENS, restructuration du centre-ville… Les enjeux du vivre ensemble nécessitent d’aller plus en profondeur pour mieux prendre en compte les besoins des habitants dans la définition des lieux dont ils sont les usagers du quotidien.

Samedi 11 mai, la ville organise des ateliers de Parlons ensemble de Cachan sur ces sujets. Investissons-les pour transformer les intentions en actes.

Démoulé à chaud n°12

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 4  avril  2019.  Une séance de vote du budget et une histoire de virage …

Virage dangereux à droite

La séance inaugure la nouvelle salle du patio (ndr : très réussie ainsi que le nouveau hall des services). Et commence avec en entrée le rapport sur l’égalité homme/femme dans les services de notre ville.

Une occasion pour la droite de se signaler avec des interventions qui nous montrent que les stéréotypes sont encore très ancrés dans certains esprits, le sexisme et le machisme jamais très loin. Notons juste qu’une fois de plus nous aurons entendu les hommes de droite, les femmes n’ayant toujours pas voix au chapitre dans ce groupe.

Grosse réprobation dans les bancs et recadrage de la Maire. Il faudra s’en souvenir et éviter tout virage à droite en 2020…

Courbe de gauche

Le Conseil enchaîne avec son plat de résistance : le budget 2019. Ce dernier budget de la mandature marque une réelle inflexion que Cachan Ensemble souligne  (lire l’intervention de Sandrine Churaqui) et salue par son abstention, une première depuis 2014.

Dans un contexte rendu difficile par le gouvernement (réduction des dotations, suppression de la TH, hausse des bases des taxes…), la municipalité tient un équilibre difficile entre refus de l’augmentation des taux d’impôt, maintien des services locaux et de l’emploi municipal, maîtrise des dépenses …

Difficile de tenir cette trajectoire étroite, avec la certitude que sa poursuite finirait par entamer le muscle et l’os.

Tournant serré

La section d’investissement enregistre un tournant.

Le programme d’investissement reprend essentiellement les projets en cours à achever (hôtel de ville, rives de Bièvre…)  et des services essentiels (extension de l’école du Coteau) …

Les achats fonciers tous azimuts ont été stoppés et la ville revend des biens et parcelles pour assurer des recettes et limiter l’endettement, d’ailleurs en recul en 2019.

Ces orientations convergent avec nos analyses depuis 2014 et Cachan Ensemble s’en réjouit.  Avec une légère ombre au tableau, le fait de devoir assumer une partie de l’investissement du théâtre contrairement aux affirmations de l’ancien maire.

A signaler aussi la confirmation de l’enveloppe du budget participatif, une évolution positive qui permet à notre ville de se mettre à niveau de ses voisines.

Courbe avec visibilité réduite

Le Conseil municipal décide ensuite les subventions aux associations. Sans surprise, les dotations sont à la baisse dans le contexte financier.

Cela mériterait pour les associations à caractère sociale de faire une revue d’ensemble et d’examiner en commission municipale les rapports d’activité pour mesurer l’impact sociale des réductions de subvention.

Dominique Lanoe donne la position de notre groupe (lire l’intervention).

Demi-tour

En fin de séance, la maire indique le départ de sa directrice de cabinet..

Applaudissements respectueux de la salle.

Saluons le professionnalisme et l’engagement de Dominique Barjou au service de la majorité municipale et de notre ville.

 

Rendez vous le jeudi 6 juin pour le prochain conseil municipal.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)

 

Et un de plus !

Tribune d’avril 2019

Après la CAF, la Sécurité sociale, la CNAV, c’est au tour des bureaux de poste de fermer ses guichets.

Avec la fermeture du bureau de poste de La Plaine, comment faire pour envoyer et récupérer mes courriers et colis en instance, pour payer par ‘’efficash’’ mon loyer et mes factures ? Il suffira de descendre vers le Carrefour Market (puis remonter) !
Et pour prendre au jour le jour de l’argent au distributeur ? Il y a plein de distributeurs au centre-ville !

Plus d’interlocuteur à qui s’adresser pour savoir où en sont mes droits à l’allocation logement, mes remboursements de soins et le paiement de mes arrêts maladie.
Plus de guichet pour me recevoir pour constituer mon dossier retraite, retraite dont le montant dépend du recueil d’information de toute ma carrière professionnelle !

Ah, c’est vrai, on peut accéder maintenant à son dossier numérique, si on a bien ouvert préalablement son compte auprès de chacune des administrations, et si on n’a pas oublié son mot de passe, et si on arrive à trouver comment fonctionne le site de chaque administration.
Et pourquoi ça bloque ? J’ai saisi tous les codes et les mots de passe, majuscule, pas majuscule … On ne s’énerve pas !

On comprend pourquoi le non recours aux prestations est si important en France : réduction des coûts, donc diminution du nombre d’agents au service du public.

Devant cette logique qui broie notre service public et notre système de protection sociale, ne nous laissons pas faire ! Ne l’acceptons pas comme une fatalité ! Réagissons pour que soit reconnue la valeur des impôts que nous payons comme une participation au bon fonctionnement des services publics et à la réduction des inégalités sociales !

Cachan, budget citoyen ?

Tribune de mars 2019

L’époque est aux débats ! Ceux qui nous gouvernent ont mesuré l’urgence d’écouter, d’associer, d’expliquer. Mais sommes-nous prêts à aller au-delà des mots ?

Après l’écologie en janvier, faisons un deuxième test avec le budget. Dans un contexte de réduction des dotations d’État, les villes luttent pour équilibrer leur budget, pour conserver des services de proximité et pour améliorer le cadre de vie des habitants. Cachan n’échappe pas à la règle.

Les communes ont l’atout de la proximité pour associer directement les habitants. De nombreuses villes informent, mettent en débat les grandes décisions, adoptent des budgets participatifs…

Cachan vient de se lancer. Un peu contrainte par la loi qui exige des documents plus fournis pour le débat d’orientation budgétaire. Un peu par souci bien placé de pédagogie quand depuis 2016 Cachan Mag détaille les grands postes de dépenses et les investissements. Et un peu plus en 2019 en ouvrant un budget participatif : 0,1 M€ pour financer des projets présentés par les habitants.

Pour autant, il reste du chemin pour atteindre la démocratie budgétaire. Les grandes décisions qui se comptent, elles, en millions d’euros (réfection de la mairie, extension du théâtre, équipements, …) restent prises sans débat au Conseil municipal ni avec les habitants, même si ensuite la concertation sur la conception des projets s’améliore.

Cachan Ensemble rappelle ses propositions de 2014 : mise en place d’une commission des finances présidée par un élu de l’opposition municipale, implication des citoyens pour décider des dépenses de leur ville…

Il faut innover et créer le cadre d’une décision participative !

Démoulé à chaud n°11

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 7 février 2019. Sous le signe de la participation…

Je participe (au CM) !

Petite chambrée dans le public en ce conseil d’hiver … mais Cachan Ensemble est bien là ! Comme le rappellera plus tard Thierry Didier, c’est un enjeu de ré-intéresser le citoyen  au débat public.

Nos conseillers sont prêts en ce début d’année 2019, au complet et motivés pour participer.

La salle est chauffée et il y a de la lumière ! Nous allons pouvoir faire la clarté sur les finances et dérouler le débat d’orientations budgétaires.

Tu participes (au budget participatif) ?

La municipalité confirme le lancement d’un budget participatif de 100 k€. De quoi faire participer les habitants de Cachan à la réalisation de micro-projets d’investissements.

C’est un bon signe envoyé pour favoriser l’implication des habitants et pour valoriser leurs idées, dans la suite de Parlons Ensemble de Cachan et des engagements.  N’hésitez pas à présenter des projets dans le cadre de cette initiative (voir sur le site de la ville et dans les centres socio-culturels).

Cette fertilisation citoyenne est complémentaire au débat des instances de la ville. Et il faut à ce niveau aussi organiser un débat plus large sur les grandes décisions … mais le rédacteur empiète sur le point suivant !

Il/Elle participe (au débat d’orientation budgétaire)

Après l’exposé du 1er maire-adjoint, les groupes défilent pour leur intervention sur les orientations budgétaires.

Thierry Didier porte la parole de Cachan Ensemble (lire l’intervention complète).

Il souligne la confirmation de la tendance et les inflexions apportées par la nouvelle municipalité :

  • budget de fonctionnement pris en tenaille entre la réduction des recettes (baisse des dotations d’Etat, suppression progressive de la Taxe d’habitation, progression limitée des autres recettes fiscales au rythme de la progression des valeurs locatives  pour ne pas augmenter les taux…) : la ville maintient sa politique en faveur des services de proximité, jusque quand ?
  • budget d’investissement contraint par la nécessaire maîtrise de l’endettement et la poursuite des investissements décidés (hôtel de ville, école du Coteau…) : les décisions d’arrêter certaines préemptions foncières était vitale !

A suivre lors du vote du dernier budget de la mandature.

Nous participons (au lancement de l’écoquartier gare)

Le Conseil Municipal étudie ensuite le lancement de l’écoquartier gare.

Sandrine Churaqui dit la satisfaction de Cachan Ensemble qui a toujours soutenu la démarche et poussé l’exigence (lire son intervention). Dès 2014 en l’intégrant à son programme pour les municipales puis encore en 2016 lors de l’adoption de la charte écoquartier par le Conseil Municipal.

La ville engage une réalisation concrète, et espérons le ambitieuse, dans un quartier d’avenir de notre ville. Tant mieux, et au boulot !

Vous participez (malheureusement au RER B) ?

Cachan Ensemble soutient le vœu relatif au CDG Express (lire le vœu).

Plus exactement, et nos conseillers y ont veillé en participant à la rédaction, le conseil municipal conteste la priorité budgétaire accordé par l’État à ce projet sous couvert des JO  2024 alors qu’il concerne peu de voyageurs quotidiens.

Et avec la certitude de ne pas engager dans le même temps les efforts nécessaires au RER B (matériel roulant, travaux d’amélioration…) qui sera en prime perturbé par l’impact des travaux du CDG Express en banlieue nord.

Belle intervention énergique du maire-adjoint en charge, unanimité !

Ils/elles ne doivent plus décider seuls

Le fil rouge de la participation laisse transparaître aussi son opposé obscur, les décisions unilatérales prises trop loin des habitants : baisse des dotations en direct de Jupiter, décisions sur le CDG expresse au mépris des besoins concrets des populations, …

Les communes restent les derniers bastions de démocratie réelle et concrète si nous savons en utiliser les pouvoirs et si l’État ne leur rogne pas définitivement les ailes. En tout cas nous y veillerons à Cachan et appuierons ls décisions en ce sens.

Preuve que La démocratie locale et la participation citoyenne sont la clé des solutions à nos problèmes : le Conseil a décidé d’utiliser le domaine public rue Guichard pour implanter un kiosque à loyer modéré, répondant aux attentes exprimées par les gens d’accéder de nouveau à la presse.

Rendez vous le 4 avril pour le prochain conseil municipal. Au programme le vote du budget 2019.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)