Continuer de faire Cachan ensemble

Tribune de septembre 2019

Cette tribune sera la dernière du fait de la période de réserve avant les élections municipales de mars 2020. L’occasion d’un bref bilan de notre mandat 2014-2020.

Les 27% de Cachanais qui ont fait confiance à notre pari d’une liste résolument citoyenne ont eu la démonstration de l’utilité de notre mouvement qui anticipait les bouleversements politiques survenus lors des élections de 2017.

Simplement exprimées ici, nos fiertés d’avoir :

  • – maintenu un groupe soudé s’appuyant sur les 6 élus qui se sont succédé au sein du Conseil municipal en y portant nos valeurs ;
  • – contribué à la démocratie locale directe au travers de notre engagement pour que le droit d’interpellation sur les sujets municipaux devienne effectif à propos d’un projet immobilier en coeur de ville ;
  • – agi pour la défense des services publics locaux, car les habitants ont besoin de leur bureau de poste, de leur trésorerie, de leur Valouette, d’un office public d’HLM favorisant une mixité sociale plus répartie ;
  • – rassemblé l’unanimité du Conseil pour étudier la possibilité d’une régie publique de l’eau et en finir avec une délégation à des intérêts privés ;
  • – participé aux ateliers citoyens et comités de quartier, notamment sur la question du stationnement public et du projet de réaménagement de la RD920.

Tous ces sujets ont pour objectif commun l’intérêt des habitants. C’est pour eux que nous avons contribué au débat public et nous nous réjouissons que nos thèmes soient devenus incontournables dans la ville et irriguent la politique municipale.

Pour la prochaine mandature, nous voulons continuer de faire Cachan ensemble dans le cadre le plus propice à un développement efficace de nos valeurs.

Valouette, gentille Valouette…

Résultat de recherche d'images pour "pictogramme bus"

Tribune juillet-août 2019

A la demande de Cachan Ensemble le Conseil municipal a été informé des projets de la Métropole du Grand-Paris et au territoire Grand-Orly-Seine-Bièvre (24 villes) qui a remplacé la Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre (7 villes). Notre volonté est de garder une vue locale de ces instances indirectes et lointaines qui impactent notre quotidien : gestion de l’eau, déchets, plan d’urbanisme, piscines, théâtre… et désormais aussi les transports locaux, nos chères Valouettes.

Les 7 lignes du réseau Valouette allaient-elles survivre à cette transformation des institutions ?  Les lignes V2 à V7 sont maintenues à l’identique :notre V3 cachanaise reste en service et gratuite.

La V1 qui traverse plusieurs communes et dessert les gares du RER B et le CHU du Kremlin-Bicêtre entre dans le réseau régional et devient la ligne RATP 193. C’est la reconnaissance de son utilité dans le maillage intercommunal et sa fréquence est d’ailleurs portée à 20 minutes contre 30 minutes précédemment.
En revanche, son parcours est réduit et elle intègre la tarification standard, Pass Navigo ou ticket t+ par trajet.

Cachan Ensemble souhaite qu’île-de-France Mobilités, organisatrice des transports, mette en place des pass adaptés à des personnes voyageant localement sur les lignes RATP dans les villes de banlieue. Pour que, par exemple, les Cachanais qui voyagent dans Cachan sur les lignes 162, 184, 187 et 193 bénéficient d’un tarif adapté et favorisant les transports collectifs.

Il restera à exiger de la RATP la mise en place des véhicules électriques ou hybrides dans le cadre du renouvellement de ses véhicules.

Favoriser l’usage des transports collectifs avec des véhicules propres !

Améliorer la qualité de l’air : oui, mais …

Résultat de recherche d'images pour "zfe"

 

Tribune de juin 2019

La qualité de l’air en région parisienne n’est pas bonne : la concentration en particules fines et en dioxyde d’azote dépasse les valeurs limites des normes européennes.
La Commission européenne a donc mis en demeure la France de mettre en place des mesures avec obligation de résultats.

Le Conseil de la Métropole du Grand Paris (MGP) a décidé en novembre 2018 de créer à l’intérieur de l’autoroute A86 une zone à faibles émissions (ZFE).
Il reviendra aux maires de prendre les arrêtés nécessaires.
Concrètement, dès le 1er juillet, la circulation sera interdite aux véhicules très anciens et très polluants (Crit’Air5 et non Crit’Air), c’est à dire :
les voitures et véhicules utilitaires diesel d’avant le 1er janvier 2001 et voitures essence d’avant le 1er juin 2000, ainsi que les véhicules utilitaires légers essence d’avant le 1er janvier 1997 (interdiction du lundi au vendredi de 8h à 20h),
les poids lourds et autobus/autocars diesel d’avant le 1er octobre 2001 et essence d’avant le 1er octobre 2006 (interdiction 24h/24 et 7j/7).

Ces mesures sont brutales et non concertées : dans un mois, environ 800 véhicules cachanais seront immobilisés en semaine, privant de moyens de déplacement les plus modestes.
Une fois de plus des autorités lointaines pèsent sur le quotidien des habitants.
Nous approuvons la maire dans ses demandes au président de la MGP de mise en place d’aides significatives aux personnes les plus fragiles pour le remplacement de leur véhicule et dans sa volonté de lancer une consultation citoyenne et faire délibérer le Conseil municipal : en l’absence de telles mesures d’accompagnement, nous prendrons position contre cette mesure.

 

Cachan, développement urbain participatif ?

Tribune de mai 2019

Comment Cachan peut-elle se développer et rester authentique, entrer dans la métropole du Grand Paris et rester une ville à taille humaine ? Et surtout comment le faire avec ses habitants ?

Notre ville a beaucoup bâti depuis 15 ans : elle s’est un peu égarée dans une stratégie trop immobilière que Cachan Ensemble a condamnée de 2014 à 2017. L’ancien maire a trop souvent agi seul, sans associer les habitants, ou au gré de pseudo-concertations. 700 habitants ont interpellé sans succès le Conseil municipal par une pétition sur le projet immobilier du coeur de ville. Un recours a été déposé contre le permis de construire en 2017 par une association locale.

La nouvelle municipalité est revenue sur ce projet en annulant ce permis. Elle a mené plusieurs ateliers avec les requérants : l’un des résultats tangibles a été l’augmentation de l’espace public disponible rue Guichard pour l’animation urbaine.
Elle agit pour limiter l’emprise des promoteurs dans le contexte réglementaire permissif du PLU : cet objectif se traduit par une démarche d’élaboration avec les habitants d’une charte promoteur dont les préconisations orienteront l’évolution de notre belle ville.

Des projets structurants bousculent notre territoire : éco-quartier autour de la gare Arcueil-Cachan, avenir du campus de l’ENS, restructuration du centre-ville… Les enjeux du vivre ensemble nécessitent d’aller plus en profondeur pour mieux prendre en compte les besoins des habitants dans la définition des lieux dont ils sont les usagers du quotidien.

Samedi 11 mai, la ville organise des ateliers de Parlons ensemble de Cachan sur ces sujets. Investissons-les pour transformer les intentions en actes.

Et un de plus !

Tribune d’avril 2019

Après la CAF, la Sécurité sociale, la CNAV, c’est au tour des bureaux de poste de fermer ses guichets.

Avec la fermeture du bureau de poste de La Plaine, comment faire pour envoyer et récupérer mes courriers et colis en instance, pour payer par ‘’efficash’’ mon loyer et mes factures ? Il suffira de descendre vers le Carrefour Market (puis remonter) !
Et pour prendre au jour le jour de l’argent au distributeur ? Il y a plein de distributeurs au centre-ville !

Plus d’interlocuteur à qui s’adresser pour savoir où en sont mes droits à l’allocation logement, mes remboursements de soins et le paiement de mes arrêts maladie.
Plus de guichet pour me recevoir pour constituer mon dossier retraite, retraite dont le montant dépend du recueil d’information de toute ma carrière professionnelle !

Ah, c’est vrai, on peut accéder maintenant à son dossier numérique, si on a bien ouvert préalablement son compte auprès de chacune des administrations, et si on n’a pas oublié son mot de passe, et si on arrive à trouver comment fonctionne le site de chaque administration.
Et pourquoi ça bloque ? J’ai saisi tous les codes et les mots de passe, majuscule, pas majuscule … On ne s’énerve pas !

On comprend pourquoi le non recours aux prestations est si important en France : réduction des coûts, donc diminution du nombre d’agents au service du public.

Devant cette logique qui broie notre service public et notre système de protection sociale, ne nous laissons pas faire ! Ne l’acceptons pas comme une fatalité ! Réagissons pour que soit reconnue la valeur des impôts que nous payons comme une participation au bon fonctionnement des services publics et à la réduction des inégalités sociales !

Cachan, budget citoyen ?

Tribune de mars 2019

L’époque est aux débats ! Ceux qui nous gouvernent ont mesuré l’urgence d’écouter, d’associer, d’expliquer. Mais sommes-nous prêts à aller au-delà des mots ?

Après l’écologie en janvier, faisons un deuxième test avec le budget. Dans un contexte de réduction des dotations d’État, les villes luttent pour équilibrer leur budget, pour conserver des services de proximité et pour améliorer le cadre de vie des habitants. Cachan n’échappe pas à la règle.

Les communes ont l’atout de la proximité pour associer directement les habitants. De nombreuses villes informent, mettent en débat les grandes décisions, adoptent des budgets participatifs…

Cachan vient de se lancer. Un peu contrainte par la loi qui exige des documents plus fournis pour le débat d’orientation budgétaire. Un peu par souci bien placé de pédagogie quand depuis 2016 Cachan Mag détaille les grands postes de dépenses et les investissements. Et un peu plus en 2019 en ouvrant un budget participatif : 0,1 M€ pour financer des projets présentés par les habitants.

Pour autant, il reste du chemin pour atteindre la démocratie budgétaire. Les grandes décisions qui se comptent, elles, en millions d’euros (réfection de la mairie, extension du théâtre, équipements, …) restent prises sans débat au Conseil municipal ni avec les habitants, même si ensuite la concertation sur la conception des projets s’améliore.

Cachan Ensemble rappelle ses propositions de 2014 : mise en place d’une commission des finances présidée par un élu de l’opposition municipale, implication des citoyens pour décider des dépenses de leur ville…

Il faut innover et créer le cadre d’une décision participative !

Cachan, ville durable ?

Tribune de février 2019

L’époque est aux débats ! Ceux qui nous gouvernent ont mesuré l’urgence d’écouter, d’associer, d’expliquer … au niveau national (Grand débat) et local (Parlons ensemble de Cachan). Mais sommes-nous prêts à aller au-delà des mots ?

Faisons le test avec l’écologie. Tous les partis politiques ont « verdi » leurs discours et plus aucun ose ne plus afficher des intentions sur le sujet. Alors dans ce domaine où les petits ruisseaux font les grandes rivières, où en sommes-nous à Cachan ?

Les intentions sont affichées (charte des éco-quartiers, 4ème fleur, conseillère déléguée à l’économie circulaire…), des projets sont identifiés (écoquartier de la gare,…) et d’autres ont été réalisés (ruchers, fête de la nature, composteurs …). Mais peut-on dire pour autant que l’écologie soit au centre des choix ?

Assurément non car il manque une réflexion d’envergure sur la gestion des déchets, sur l’imperméabilisation des sols, sur les déplacements, sur le rafraichissement des zones denses (puits végétaux)… l’urgence climatique nécessite de placer chaque décision sous l’angle de l’écologie.

Les Cachanais sont prêts. Certains l’ont fait avec le projet Sud Paris Soleil dont nous saluons le lancement réussi de la souscription, d’autres suivront. Avec l’idée que tous ces projets concourent à la fois à la sauvegarde de la planète et au bien-vivre.

Cachan Ensemble va apporter sa touche en lançant un cycle de balades de la biodiversité pour arpenter notre ville et faire un inventaire des questions écologiques concrètes. Une démarche active et participative.

Une façon aussi de favoriser le faire sur le dire, le concret sur le théorique.
A vos souliers pour les prochaines balades !

Cachan : Ensemble en 2019 ?

Tribune de janvier 2019

Plaçons 2019 sous le signe de la démocratie locale !

Notre groupe Cachan Ensemblea été précurseur en la matière : en 2014, issues d’un travail collectif en ateliers, 20 propositions pour la ville ont été présentées, notamment le droit de pétition et le référendum d’initiative locale, pour élargir le champ de la concertation.

A son arrivée, la maire a engagé une démarche ‘’Parlons Ensemblede Cachan’’qui a permis d’écouter un grand nombre de cachanais-e-s. Ces témoignages ont confirmé nos analyses. La municipalité en a extrait 30 engagements qui corroborent largement nos diagnostics et nos objectifs de 2014. Tant mieux !

L’enjeu est désormais de faire ensemble.Cette lourde responsabilité est moins une question de propositions que de démarche. S’arrêtera-t-on à des ateliers éphémères de recensement d’idées dans lesquelles la municipalité piocherait ou poursuivra-t-on un travail collectif avec les citoyens comme un outil de démocratie active ? Pour nous, le ‘’comment’’ prime sur le ‘’quoi’’.

En Conseil municipal la machine à prendre des délibérations fonctionne pour les décisions obligatoires et des validations formelles. Mais quel échange sur le fond pour décider démocratiquement de projets collectifs ?

Nous avons au Conseil municipal de décembre demandé un débat sur les services rendus par le territoire Grand Orly-Seine-Bièvre : le Conseil territorial traite de sujets importants pour les habitants (les Valouettes par exemple) mais loin d’eux et nous n’avons aucun retour d’information. Sachons décider ensemble en Conseil municipal les orientations portées par ceux qui y représentent Cachan et ses habitants.

Belle et heureuse année ensemble !

Cœur de ville : l’espoir d’une concertation renaît !

Tribune de décembre 2018

En février 2016, nous demandons en Conseil municipal le retrait d’une délibération cédant à un promoteur privé les terrains publics à l’angle des rues Cousté et Guichard. Notre motivation : lancer une concertation avec les habitants et les commerçants pour « bâtir ensemble un projet digne de cette croisée des chemins et apte à dynamiser notre centre-ville pour tous ». Refus.

Le Conseil municipal, interpellé par une pétition citoyenne de 710 habitants, se réunit en octobre 2016. Le collectif à l’origine de la pétition n’a pas la parole, le maire et ses adjoints n’esquissent pas la moindre proposition. Nous demandons d’étendre le champ géographique de réflexion de l’atelier citoyen des rives de Bièvre. Refus également.

Près d’un an se passe jusque l’attribution du permis de construire en août 2017. L’étude du dossier confirme toutes nos craintes : tour de passe-passe foncier pour contourner le minimum de 10 % de surface de pleine terre et accroître la constructibilité, quasi-disparition du trottoir à l’angle des deux rues mettant en insécurité les personnes à mobilité réduite, implantation massive d’un immeuble bouchant la vue sur le Coteau et créant une entrée des futures rives de Bièvre en entonnoir étroit. Recours auprès du Tribunal administratif en décembre 2017 par l’association Cachan Cadre de Vie.

En octobre 2018, la nouvelle maire prononce l’annulation du permis de construire litigieux et ouvre un dialogue avec les requérants. On parle (enfin) de l’espace public, de circulations douces, de commerces, d’animation urbaine, de l’accès aux rives de Bièvre…..

Près de 3 ans de perdus, il n’est pas trop tard pour bien faire ! A suivre…

Logement locatif social, logement participatif !

Tribune de novembre 2018

Cachan a su conserver une place importante pour le parc social de logements locatifs. La première couronne parisienne a besoin de logements. Cachan Ensemble soutient cette orientation et milite pour que la mixité sociale soit assurée dans toute la ville.

Les décisions gouvernementales, notamment la récente loi ELAN, mettent en péril le service public du logement social : baisse des APL, pratique des surloyers, regroupement des organismes, vente des HLM au privé, faible niveau de construction…Tous ces changements sont défavorables aux locataires : moins de personnels et de services de proximité, moins d’entretien du patrimoine, moins de qualité de service et moins de sécurité dans les résidences.

Il importe donc plus que jamais que les locataires du parc social montrent leur intérêt pour leur habitat. Ils auront l’occasion de le faire samedi 8 décembre, jour des élections des représentants des locataires au Conseil d’Administration de Cachan Habitat, qui regroupe 1 946 logements sociaux sur la commune.

Élus pour un mandat de 4 ans, les 5 représentants prendront part au vote du budget et aux décisions de travaux par appel d’offres (réhabilitation, chauffage, … en espérant qu’une part plus forte sera faite aux énergies renouvelables).

Ils participeront à la vie de l’organisme et pourront influer sur les décisions importantes : attributions de logements, veille des impayés, contrôle des charges, concertation et vie locatives.

Nous invitons les locataires à voter pour se doter de représentants qui défendent les droits des usagers du service public du logement.

La démocratie ne s’use que si l’on ne se sert pas de son droit de vote !