Stationnement payant à Cachan : qui va piano va sano

Tribune de mars 2018

Texte paru dans Cachan Le Mag de mars 2018

Pour Cachan Ensemble, la participation citoyenne est un élément déterminant dans les processus de décision.

La démarche suivie pour l‘évolution du stationnement payant intègre les ingrédients nécessaires à une bonne concertation : un comité de pilotage pluraliste, une étude par un cabinet externe, un sondage auprès de la population, un atelier citoyen, un passage dans les comités de quartier…puis des réunions publiques, préalables à une décision du Conseil municipal.

Aboutira-t-on à une décision partagée et propice à éviter les tensions sur ce sujet délicat ? C’est possible, à certaines conditions.

Jusqu’à présent ces différents outils n’ont pas été reliés entre eux. Ainsi, les comités de quartier n’ont donné lieu à aucune présentation formelle des résultats des études, sondages et réflexions en atelier citoyen.

Le 7 mars, la mairie va présenter un diagnostic et ses hypothèses de solutions. Des expériences réalisées ailleurs seront-elles exposées pour alimenter le débat ?

Une concertation efficace demande un temps de maturation, surtout en matière de stationnement où chacun se sent spécialiste. Or le projet municipal nous a semblé centré sur le mode de gestion des futures dispositions.

La Ville de Cachan a pris les décisions essentielles pour être conforme à la loi. Prenons le temps du débat, progressons pas à pas avec les Cachanais, examinons plusieurs projets.

Cachan Ensemble a travaillé ce sujet complexe et sensible et étudié les systèmes des villes environnantes. Nous portons des propositions (http://cachan-ensemble.fr/) pour contribuer à la réussite de ce projet : celle-ci dépendra fortement de l’adhésion des Cachanais.

 


Cachan Ensemble, citoyens avant tout

Tribune de février 2018

En 2017, les partis politiques traditionnels ont vécu un rejet massif de l’électorat au profit de l’émergence de nouvelles formes d’organisation politique. L’une de celles-ci, structurée par le nouveau président de la République, en a tiré profit en concentrant sur elle tous les pouvoirs issus du système de la Ve République.

Les anciens et les nouveaux partis, mouvements et clubs diffèrent par leurs visions européennes, économiques et sociales.

Pendant ce temps l’extrême-droite continue d’avancer en Europe et le néo-libéralisme prospère : luttons contre la peur de l’autre et le pouvoir de l’argent !

Face à ce marasme des anciens « grands partis » et à la confusion politique entretenue par Emmanuel Macron, notre collectif citoyen Cachan Ensemble poursuit ses actions fédératrices guidées par des valeurs bien ancrées : défense des solidarités et des biens communs du vivre ensemble, soutien à une gestion locale et une relation au plus proche des habitants.

Actifs au sein du Conseil municipal, nous privilégions aussi la rotation des élus pour permettre au plus grand nombre de citoyens de notre liste de se former à cette expérience démocratique.

Nous souhaitons la bienvenue à Catherine Busson, nouvellement élue qui porte ce renouveau au sein du groupe. Nous remercions Marianne Jaouen pour son engagement depuis l’origine de cette aventure collective.

Le monde bouge ? Pas sans nous !

Le monde change ? Alors chiche, continuons à agir localement pour que la démocratie participative et l’écologie triomphent : une part de budget participatif, l’aménagement concerté de la RD920, du centre-ville, du site de l’ENS, une politique culturelle en débat …

 

Ceci n’est pas une tribune

… et ceci n’est pas une pipe (d’après Magritte)

Tribune de janvier 2018

Texte paru dans Cachan Le Mag de janvier 2018

Nous avions préparé une tribune de nouvelle année.
Nous la remplaçons par le message qui suit.

Vendredi 22 décembre, une heure avant la limite de remise des tribunes, nous avons été informés que celle-ci était décalée au jeudi 28 afin de permettre à la majorité municipale de finaliser en 14 pages un « bilan de mi-mandat », à la place du dossier central habituellement de 6 pages, les autres groupes politiques restant cantonnés à leur malheureux quart de page habituel.

En ne publiant pas le texte prévu, nous entendons protester publiquement contre cette politique du fait accompli et cette confiscation de l’information par la majorité municipale. Nous avons immédiatement saisi le préfet du Val-de-Marne de cette entorse au droit d’expression des élus minoritaires.

Nous refusons tout aussi catégoriquement d’inscrire notre part du suivi de bilan dans une tribune remaniée en urgence et maintenue dans son format habituel. Nous ne serons pas l’alouette dans ce pâté de mauvais cheval !

Dans le même temps, la mairie n’est, une fois de plus, pas en mesure de trouver une salle pour notre réception de début d’année. Bizarre ? Non, malheureusement habituel !

Nous nous réunirons néanmoins le 13 janvier pour fêter la nouvelle année !

Nous vous souhaitons à toutes et à tous une très belle année 2018.

Retrouvez notre tribune initiale de janvier et toutes nos actualités.

Tous nos meilleurs voeux pour 2018 !

Tribune de janvier 2018

Texte rédigé initialement et non publié

2017 : une année terrible pour la gauche, dispersée ‘’façon puzzle’’.

Les partis de ‘’gouvernement’’ se cherchent, de nouvelles organisations politiques émergent. Les anciens et les nouveaux partis, mouvements et clubs diffèrent par leurs visions européennes, économiques et sociales.

Pendant ce temps, l’extrême-droite continue d’avancer en Europe et le néo-libéralisme prospère : luttons contre la peur de l’autre et le pouvoir de l’argent !

La défense des solidarités et des biens communs du vivre ensemble ont guidé les vœux
municipaux que nous avons soutenus ou initiés en 2017 :

– soutien aux salariés de Cyclocity, oubliés du nouveau marché Vélib’ ;
– contre la réduction des crédits Politique de la Ville et la suppression des emplois aidés ;
– pour la gestion de l’eau en régie publique, et non plus en délégation à des intérêts privés ;
– contre la réduction des Aides Personnalisées au Logement (APL) qui va faire des dégâts chez les organismes de logement.

Tous ont en commun de favoriser une gestion locale au plus proche des habitants.
Nous nous réjouissons d’avoir contribué à faire converger les forces de gauche, et parfois la droite, sur ces engagements pour dire non aux politiques qui brident les énergies locales.

De cette année électorale au goût amer, nous préférerons retenir ces actions fédératrices sur les valeurs communes et notre rôle de minorité agissante.

Le monde bouge ? Pas sans nous !
Le monde change ? Alors, en 2018, continuons à agir localement pour que la démocratie
participative triomphe : une part de budget participatif, aménagement de la RD920, du centre-ville, du site de l’ENS, politique culturelle …

Nous vous souhaitons à toutes et à tous une très belle année 2018.

Le logement social en danger

Tribune de décembre 2017

Le logement social à Cachan, c’est plus d’un logement sur trois.

Malgré ce nombre, l’attente est de plusieurs années pour l’attribution d’un logement. Le nombre de demandes avoisine en effet 1.500.

Cachan Habitat, l’organisme HLM de la ville, gère plus de 2.000 logements, situés principalement à La Plaine.
Les équilibres financiers ont été retrouvés sans aide extérieure depuis 2015. Son patrimoine s’est enrichi de 600 logements, qu’il faut mettre aux normes et améliorer.

De nombreux projets sont à l’étude, notamment l’amélioration des performances énergétiques des 67 logements de la tour Marc Sangnier et de 497 logements de l’ex SAIEM situés à la Plaine.

Dans son premier budget, le gouvernement a fait voter par sa majorité parlementaire une baisse des Aides Personnalisées au Logement (APL) et sa compensation par une baisse des loyers des bailleurs sociaux ! (article 52 de la loi de finances 2018).

Plus de 600 locataires de Cachan Habitat touchent des APL. Avec le nouveau calcul des loyers, les ressources diminuent de 800.000 € (soit 8,5 % du montant des loyers) et les comptes passent dans le rouge. Cachan Habitat n’a plus la capacité d’engager de nouveaux travaux.

Quel est le bénéfice pour les locataires ? Aucun, bien au contraire !
C’est moins de projets d’amélioration, moins d’entretien des logements, moins de confort pour tous les locataires.
C’est aussi moins de travail pour les artisans et les PME du secteur du bâtiment.

Le Conseil municipal a adopté à l’unanimité un vœu demandant le retrait de cet article 52.
Ce vœu présenté par tous les groupes de la majorité municipale et Cachan Ensemble, est la
poursuite de la mobilisation nécessaire contre cette décision.

Jouer collectif

Tribune de novembre 2017

Une fois n’est pas coutume, Cachan Ensemble va consacrer cette tribune à lui même.

D’abord par souci de transparence, tant il nous semblait légitime de vous informer lorsque la composition de l’équipe de Cachan Ensemble change. Scène bien connue où le joueur sortant reçoit les honneurs du public et où celui qui fait son entrée est encouragé pour ses premières foulées. Alors, très simplement, merci à Gérard Najman pour son investissement constant qu’il poursuivra au sein de Cachan Ensemble et bienvenue à Dominique Lanoë qui va concrétiser son engagement constant au sein de notre groupe municipal.

Ensuite par souci de pédagogie, tant il nous semblait important de vous expliquer notre fonctionnement participatif.

Depuis 2014, c’est une équipe complète qui participe à la vie du groupe et à la préparation des conseils municipaux. La diversité et la qualité des interventions de nos représentants provient de ce travail collectif de fond. Tous les joueurs sont présents aux entrainements et tous peuvent entrer en jeu. Nous allons continuer de jouer collectif et à gérer le banc de touche pour permettre à notre diversité de s’exprimer.

Enfin par souci de cohérence : Cachan Ensemble prône la démocratie participative et aurait du mal à ne pas s’appliquer à lui même l’exigence de partager les décisions, les expériences.

Cette exigence a été incarnée depuis 2013 par des ateliers citoyens participatifs. Nous allons début 2018 en revoir le contour afin de les adapter aux enjeux de l’avenir, et en intensifier les travaux pour permettre au plus grand nombre de s’exprimer.

Alors si vous aimez le beau jeu, ne restez pas spectateurs et rejoignez Cachan Ensemble pour préparer la ville de demain !

A Cachan, il est temps de se jeter à l’eau !

Tribune d’octobre 2017

L’eau n’est pas une marchandise : c’est un bien commun qui engage notre responsabilité devant les grands enjeux de la planète.

C’est pourquoi l’accès de tous à l’eau potable est un service public sous la responsabilité des collectivités territoriales.

Voilà un an, nous alertions les Cachanais sur la possibilité offerte par la mise en place de la Métropole du Grand Paris et de ses 12 territoires de changer de mode de gestion.  Maintenant, les 4 élus municipaux PS et PCF de Cachan qui siègent au Conseil du Territoire Grand Orly-Seine-Bièvre (qui a absorbé l’ancienne Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre) doivent se prononcer avant le 1er janvier 2018 sur la reconduction de l’adhésion de notre commune au SEDIF (Syndicat des Eaux D’Ile de France).

En 2010, ce syndicat de communes a délégué pour une période de 12 ans la production et la distribution de l’eau potable à Veolia. Ce groupe a fait de l’eau un produit marchand et en perçoit des bénéfices fabuleux. Ce nouveau contrat a permis une baisse substantielle du prix de l’eau. Toutefois, la Chambre Régionale des Comptes vient d’épingler la gestion du SEDIF en notant que la rémunération de Veolia a plus que doublé depuis 2010.

Une nouvelle possibilité s’ouvre donc aux communes qui le veulent de quitter le SEDIF et de créer une régie publique : c’est une bonne nouvelle pour une meilleure maîtrise des coûts et des prix aux usagers.

Nous, élus de Cachan Ensemble, avons rejoint les 200 signataires de l’appel lancé par la Coordination Eau Ile-de-France en faveur d’une gestion publique de l’eau.

Nous demandons aux élus représentant Cachan au Territoire Grand Orly-Seine-Bièvre d’œuvrer dans ce sens.

En Marche foule au pied l’autonomie des communes

Tribune de septembre 2017

Réduire les dotations aux communes et les contrats aidés, c’est réduire leurs moyens d’action pour l’entretien des écoles et des édifices publics, la restauration scolaire de qualité, la solidarité avec les anciens, la prise en compte du handicap, le soutien aux associations et bien d’autres actions locales.

Le choix des secteurs visés est l’expression d’une volonté politique : la République En Marche attaque la démocratie locale et les solidarités.

Réduire les dotations à la Politique de la Ville, c’est entraver les actions proposées par les Conseils citoyens de quartiers prioritaires comme la Cité-jardins, c’est laisser ces quartiers à l’abandon.

Quant à la taxe d’habitation, il faut certes en revoir le calcul pour mieux prendre en compte les revenus des ménages, mais elle permet déjà des exonérations. Elle est l’outil des choix de politique locale, votée par le Conseil municipal : un critère d’évaluation pour les électeurs.

Un budget municipal ne peut être en déficit. Si les communes n’ont plus la responsabilité de fixer leurs ressources, qui va faire évoluer et payer les services publics locaux ? Quant à la compensation par l’État, on sait qu’elle va en s’érodant au delà de la 1ère année.

Par leur taxe d’habitation, les habitants contribuent au financement des services locaux et sont responsables de leur choix politique aux élections municipales.

En exonérer 4 habitants sur 5, c’est éloigner 4 habitants sur 5 de la politique locale. C’est créer un effet de seuil contraire au principe de proportionnalité aux capacités contributives posé par l’article 13 de la Déclaration de 1789.

C’est reconcentrer la décision politique sur l’État.

Et maintenant…

Tribune de juillet-août 2017

Le cycle électoral présidentiel et législatif est clos. Quels en sont les enseignements à Cachan ?

D’abord une abstention inégalée (49% au premier tour, 56% au second) qui doit nous interpeller. Maigre consolation, le FN reste faible et en net recul (5%) .

Ensuite la forte percée de mouvements politiques nouveaux, En Marche (38%) et France
Insoumise (15%), qui ont pris le pas dans ces élections sur les partis traditionnels. Si EELV (9%) conforte ses positions à Cachan, les autres partis sont largement défaits, la droite en premier lieu (10%). La majorité municipale recueille moins de 18% des suffrages.

Enfin, notre 11ème circonscription, restée majoritairement à gauche, enverra au Palais Bourbon une députée En Marche. A Cachan les candidats de gauche étaient pourtant nettement devant la candidate LREM (42% contre 38%).

Le collectif Cachan Ensemble appelle à ne pas céder au défaitisme :

  • – L’engagement citoyen est en recul ? Nous allons continuer et renforcer nos actions et notre présence dans les quartiers.
  • – La démocratie est à reconstruire ? La commune reste pour nous un bastion pour
    expérimenter et pour offrir des alternatives à la société libérale qui nous est promise.
  • – Le rapport des forces politiques a changé dans notre ville ? Le collectif Cachan Ensemble est convaincu d’être précurseur d’une façon de regrouper des hommes et des femmes autour d’un projet commun. Nous allons intensifier nos ateliers pour fonder un projet urbain participatif et écologique.

Alors oui, travaillons ensemble pour reconstruire localement.

Alors oui, travaillons ensemble pour changer la vie à Cachan.

Pour que certains ne soient pas En Marche quand d‘autres restent sur le bord du chemin.

La Plaine : recul de La Poste !

touche_pas_a_ma_poste
Tribune de mai 2017

Fin 2016, les habitants du quartier de la Plaine se sont mobilisés contre le projet de fermeture de leur bureau de poste.

Cette information a créé une légitime émotion des habitants de ce quartier populaire qui a besoin de la présence du service public de la Poste pour de multiples démarches quotidiennes. Les récentes réductions d’horaires pendant les périodes de congés ont déjà causé bien des désagréments aux habitants et commerçants de ce quartier. La présence de ce service public renforce l’attractivité commerciale d’un espace de la ville peu riche en commerces de proximité.

A l’initiative de Cachan Ensemble, les habitants et les commerçants ont pris leur destin en main en signant une pétition contre la fermeture du bureau de poste ; celle-ci a recueilli plus de 1 500 signatures.

Nous, élus municipaux, avons accompagné ce mouvement par la proposition et le vote de vœux par le Conseil municipal. Nous refusons la perte de ce service public de proximité indispensable aux habitants, tant pour le courrier que pour la banque, et à l’attractivité commerciale de ce quartier : ce serait une étape supplémentaire vers une cité dortoir.

Nous avons appris un premier recul de la Direction de La Poste à Cachan alors que d’autres communes du Val de Marne vont voir un bureau disparaître d’ici fin 2017 ou sont sur la sellette.

Ce recul est sans doute dû à la formidable mobilisation des habitants du quartier. Soyons vigilants, car ce n’est pas un revirement définitif, et solidaires avec les habitants des communes touchées.

Forts de ce premier succès, nous proposerons prochainement la constitution d’un comité de vigilance pour la défense du service public.