Cœur de ville : l’espoir d’une concertation renaît !

Tribune de décembre 2018

En février 2016, nous demandons en Conseil municipal le retrait d’une délibération cédant à un promoteur privé les terrains publics à l’angle des rues Cousté et Guichard. Notre motivation : lancer une concertation avec les habitants et les commerçants pour « bâtir ensemble un projet digne de cette croisée des chemins et apte à dynamiser notre centre-ville pour tous ». Refus.

Le Conseil municipal, interpellé par une pétition citoyenne de 710 habitants, se réunit en octobre 2016. Le collectif à l’origine de la pétition n’a pas la parole, le maire et ses adjoints n’esquissent pas la moindre proposition. Nous demandons d’étendre le champ géographique de réflexion de l’atelier citoyen des rives de Bièvre. Refus également.

Près d’un an se passe jusque l’attribution du permis de construire en août 2017. L’étude du dossier confirme toutes nos craintes : tour de passe-passe foncier pour contourner le minimum de 10 % de surface de pleine terre et accroître la constructibilité, quasi-disparition du trottoir à l’angle des deux rues mettant en insécurité les personnes à mobilité réduite, implantation massive d’un immeuble bouchant la vue sur le Coteau et créant une entrée des futures rives de Bièvre en entonnoir étroit. Recours auprès du Tribunal administratif en décembre 2017 par l’association Cachan Cadre de Vie.

En octobre 2018, la nouvelle maire prononce l’annulation du permis de construire litigieux et ouvre un dialogue avec les requérants. On parle (enfin) de l’espace public, de circulations douces, de commerces, d’animation urbaine, de l’accès aux rives de Bièvre…..

Près de 3 ans de perdus, il n’est pas trop tard pour bien faire ! A suivre…