Démoulé à chaud n°4

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les séances du Conseil municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 25 janvier 2018. Conseil portant sur le débat d’orientation budgétaire. Question de point de vue !

Avec vue :

Ce Conseil est de nouveau marqué par un fort absentéisme dans les rangs de la majorité. Il faut bien dire que ce ne doit pas être motivant d’être simple conseiller, sans voix au chapitre. En tout cas l’opposition (la droite) et l’alternative citoyenne (ça c’est nous) sont présents !

Point positif, dans le public nous avons du coup une vue dégagée pour ne rien perdre des postures dans la travée des maires adjoints, c’est toujours instructif !

Pas vue :

Suite à la démission de Marianne Jaouen – M. le Maire l’affublant du patronyme de « Janot » (ndr : conseillère démissionnaire du PC) ou de  celui de « Jaoui » (ndr : sans doute la comédienne et réalisatrice b ien connue) -, Cachan Ensemble siégera exceptionnellement à 3.

Catherine Busson va prochainement être appelée à siéger et rejoindre notre groupe. Cette militante très impliquée dans le tissu associatif et le logement social va poursuivre son engagement sur ce nouveau terrain.  En attendant elle est dans le public avec nous.

Convergence de vue :

Le débat d’orientation budgétaire (DOB) aura au moins permis un alignement de vue sur les méfaits de la politique du gouvernement. Les communes sont progressivement mises sous tutelle avec un plafonnement de leurs dépenses (+1,2% en 2018) et une détermination de leurs ressources par l’État (dotations, suppression de la Taxe d’habitation…). Un véritable attentat contre la démocratie locale et une remise en cause des services publics de proximité !

Tous les groupes politiques y vont de leur tirade sur la politique nationale…il faut bien avouer qu’aucun ne porte la politique du gouvernement ou n’a soutenu Macron, alors l’exercice est facile.

Les citoyens feront la part des choses entre ceux qui ont toujours porté cette contestation  et ceux pour lesquels elle est une posture nouvelle.

Myopie :

En revanche quand il s’agit de revenir au local, la vision de près fait défaut à la plupart des orateurs.

En définitive, seules deux forces portent une vision des questions financières locales : la municipalité qui porte son bilan (toujours très rose) et Cachan Ensemble qui consacre plus de 2/3 de son intervention au sujet.

Pour les autres ce sera rien ou pas grand chose, oscillant du  » tout va très bien Mme La Marquise » (partis de la majorité) à « je sais rien mais je dirai tout » (droite)….

Strabisme :

…il faut bien avouer qu’en 3 prises de paroles, la droite  aura réussi à ne rien évoquer de local et à digresser entre un cours d’économie et une analyse politique des résultats électoraux 2017. Cela devient une habitude et n’est pas très sérieux, il faudrait tout de même étudier vos dossiers (ndr : je dis ça, je dis rien, en fait nous ne sommes pas pressés de vous voir progresser) !

Au passage : trois interventions, trois hommes. Les femmes auront-elles la parole avant la fin de la mandature dans ce groupe ?

Bien Vue :

Cachan  Ensemble aura une fois de plus permis d’ouvrir un débat dans cette présentation convenue avec deux sujets phare : Le maintien des services publics locaux et l’adaptation de la politique d’investissement aux capacités de notre ville.

N’en déplaise au Maire, la question n’est pas sur le principe de l’emprunt (inutile de rappeler que rien n’est possible sans, chacun le sait) mais son volume (et là l’explication « les taux sont bas, endettons-nous » parait un peu courte) .

La solution réside dans la participation citoyenne pour que les décisions de dépense soient prises collectivement et en transparence. Le contexte l’exige !

A revoir :

Cachan Ensemble a constaté l’absence des crédits prévus sur 2017-2019 pour le projet de ferme pédagogique. Retrait ou report d’un projet difficile à équilibrer en fonctionnement comme nous l’avions fait valoir , voire transfert au Territoire Grand-Orly-Seine-Bièvre ? Pas de réponse en séance mais nous relancerons lors de la présentation du budget 2018.

Rendez-vous donc en mars pour le budget qui doit traduire pour 2018 les engagements financiers de la Ville.

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)