Démoulé à chaud n°5 !

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 22 mars 2018. Pour cette séance historique et budgétaire, des chiffres bien sûr, mais en compte à rebours.

Première :

Catherine Busson rejoint le groupe Cachan Ensemble. Une amicale pensée à Marianne Jaouen à qui elle succède et tous nos encouragements à la nouvelle élue cachanaise.

Tiens, les rangs du public sont étrangement bien garnis ce soir … Mon petit doigt  me dit que pour sa première séance Catherine va assister à quelque chose d’historique. Bon c’est parti !

Cinq :

Le budget de fonctionnement est présenté  par 5 élus. Autour de la première adjointe, tous les présidents de groupe de la majorité sont convoqués pour en partager le présentation globale.

Saluons cette collégialité nouvelle (étonnant tout de même cette nouvelle approche, que se passe-t-il à Cachan ?).

Quatre :

C’est le nombre d’années de pain blanc qu’il nous reste. Thierry Didier l’a rappelé dans son intervention, la ville dépense plus que ses recettes annuelles et réduit le report à nouveau budgétaire qui représente ses excédents passés. Force sera de constater que le résultat comptable 2017 du compte administratif est un déficit de plus de 1 million d’€, chiffre sans précédent. Rendez-vous en juin !

Après 3 années de baisse des dotations et avant la suppression de la taxe d’habitation qui réduira les ressources propres, la Ville devra donc sous 4 ans choisir entre baisser les dépenses et services ou augmenter les impôts locaux (s’il en reste encore).

Qu’on se le dise : Il ne sera pas facile d’être aux manettes de la commune dans la  prochaine mandature .

Trois :

C’est en million d’euros ‘endettement supplémentaire prévu pour 2018. Il faut bien assumer la politique foncière et finir les investissements décidés.

Pour autant les équipements publics restent insuffisants et le budget d’investissement fait une croix sur le projet de ferme pédagogique (bon, en l’absence de présentation d’un projet à discuter, Cachan ensemble n’y était pas favorable, c’est donc pas un drame).

Deux :

Un échange à deux s’installe sur la subvention avec l’AGAESCC. Dominique Lanoë s’étonne de la baisse de la subvention de la ville (-14% en 4 ans) alors que la région Ile-de-France et l’État se désengagent des centres socio-culturels si utiles à la population.

La maire-adjoint défend le soutien municipal important et le dialogue constant avec l’association pour bien calibrer les moyens et poursuivre l’ensemble des missions en s’appuyant sur les crédits « Politique de la ville ». Soit, mais nous resterons vigilants.

Un :

C’est pour un € symbolique que la ville reçoit 3 lots sur l’îlot Vatier. Plus que de ces acquisitions, il faudra bien que le Conseil municipal soit un jour informé des intentions sur cet espace dans le cadre de la restructuration des terrains de l’ENS. Frustrant d’assister uniquement à des délibérations techniques sans mise en perspective d’un projet urbanistique !

Thierry Didier rappelle nos positions sur ce dossier … réponse du maire car la mise en cause de sa politique d’urbanisme est un casus belli (quelque chose me dit que c’était la dernière fois qu’il nous morigène ainsi, j’en serais presque nostalgique).

Zéro :

Le Conseil municipal examine le rapport sur l’égalité homme-femme. Le bilan est plutôt bon dans notre commune et il n’y a bien que la droite pour trouver à nous expliquer que les graphiques en couleur sont moins lisibles qu’en noir et blanc (toujours concentrés sur l’essentiel chez LR !).

Seul ombre au tableau : rapport présenté par un homme, question posée par les hommes (faut dire que les femmes sont absentes à droite ce soir) … bref aucune intervention féminine sur le sujet.

Sait-on jamais, Cachan aura bien  un jour une femme maire (ndlr : je me demande si je deviendrais pas un peu devin moi)

Dernière :

A la fin du compte à rebours, le suspense se dénoue…

En fin de Conseil le maire annonce en effet sa prochaine démission pour faire place au renouvellement.  Il reproduit ainsi le schéma conduit par J. Carat (maire de 1953 à 1998) qui lui avait cédé sa place en cours de mandat avant qu’il ne soit élu à 3 reprises (1998-2018). A eux deux ça fait tout de même 65 ans de mandats de maire (Y a t-il encore un cachanais qui puisse témoigner du mandat de M. Guillas, le maire précédent de 1949 à 1953) ?

JY Le Bouillonnec reçoit une standing ovation à laquelle l’auteur se joint par sens de la courtoisie et aussi parce qu’un engagement citoyen de 35 ans et l’exercice des responsabilités pendant 20 ans appellent le respect, tout simplement.

Et puisque comme disait M’dame Scarlett « demain est un autre jour », rendez vous après le Conseil municipal qui investira un nouveau maire (mais qui cela va-t-il bien pouvoir être ?) le dimanche 8 avril prochain. Un nouveau suspense insupportable s’installe sur Cachan !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)