Démoulé à chaud n°8 !

Démoulé à chaud ! C’est le titre de ce court billet qui suit les sorties du Conseil Municipal de notre ville. Une manière de humer l’atmosphère en quelques touches impressionnistes, sans parti pris d’exhaustivité, mais avec le parti résolu de vous informer et de vous faire sourire.

Revenons donc à chaud sur la séance du Conseil municipal de ce jeudi 20 septembre 2018. Pour cette séance, le numérique est à l’honneur !

Tablettes

Ce conseil municipal permet aux conseillers d’étrenner leur tablette flambante neuve. Enfin presque tous, nous avons bien noté ceux qui n’ont pas encore pris livraison ou le pli du nouvel outil, mais nous tairons les noms.

Bon,  arrêtons de dauber et saluons cette avancée qui permet d’éviter les impressions papier et permet aux membres du conseil d’accéder plus vite aux dossiers de séance lorsqu’ils sont disponibles.

Dans le public, nous restons « in real life » … mais bien présents, en particulier les sympathisants de Cachan Ensemble.

C’est parti !

Dématérialisés !

Le numérique produit ses premiers effets … un nombre important d’absents ce jeudi, dont plusieurs maires adjoints. Non le CM n’est pas accessible en streaming ou sur un Replay quelconque !

La majorité municipale fait jouer le banc ce qui permet d’entendre quelques conseillers en supplétifs.

La droite non plus n’est pas au complet, ce qui permet aux femmes  d’être (enfin) majoritaires. Pour autant nous n’aurons pas le plaisir de les entendre, les 2 groupes de droite ne prendront pas la parole pendant cette séance ! Encore un effet du numérique ?

Ubérisation

Le Conseil se prononce sur le montant des taxes de séjours dans les résidences hôtelières et de tourisme. Le barème est complet (jusqu’au camping dont nous avons recherché vainement une trace sur googlemap dès notre retour à la maison) même si l’enjeu pour Cachan est faible pour l’heure.

Une occasion néanmoins pour Cachan Ensemble de pointer les risques de la location en direct entre particuliers, tant en termes d’évasion fiscale que de réduction de l’offre de logements.

A suivre avec vigilance car le grand-Paris va rendre Cachan attractive pour l’hébergement de loisir.

Campus 3.0

La séance a permis d’adopter des délibérations très techniques sur l’avenir des terrains de l’ENS. Après la convention Etat-EPFIF-Ville, le cadre juridique se complète et traduit les négociations, ouvrant la voie aux réalisations concrètes de logement, d’espaces publics et d’équipements collectifs.

Une occasion pour Cachan Ensemble de saluer l’engagement de la ville pour maintenir la vocation estudiantine du lieu. Et de souligner aussi l’opportunité offerte de désenclaver les quartiers et de rétablir une continuité de communication à travers un futur campus ouvert.

Connectés avec les migrants

En fin de séance, la Maire rappelle la réquisition du gymnase Jess Owens pour accueillir provisoirement des migrants. Elle salue l’implication des cachanais-es pour apporter une assistance et des aides à l’association en charge. La réquisition va prendre fin le 24 septembre et les migrants seront transférés à Saint-Maur, de nouveau pour un temps très court.

Cachan Ensemble salue le parti pris de la municipalité d’impliquer les populations et acteurs locaux, ce qui n’avait pas été le cas en 2016 dans des circonstances identiques. Même s’il est regrettable que ces installations mobiles et précaires ne permettent pas un travail en profondeur et des accueils pérennes comme cela avait été envisagé en 2015.

Déjà geek !

En premier bilan (pas nécessairement objectif, j’en conviens) de cette séance avec tablette, le rédacteur constate que la séance s’est achevée à peine après 22h00. Faut-il y voir une efficacité numérique ou un ordre du jour assez « light » ?

En outre les prises de prises de parole ont été peu nombreuses. efficacité numérique ou absence du conseiller trublion de LR (ce qui nous a évité quelques hors pistes comptables ou scabreux sur l’avancement des personnels) ?

Je me hasarde à imaginer les conseillers en ados geek, absorbés dans la lecture de leurs messages et vidéos à la table du repas familial silencieux !

Allez, j’arrête là, et rendez vous pour le conseil municipal de novembre !

Stéphane Rabuel, co-président de DNV

(Les propos de ce billet n’engagent que son auteur)