îlot Vatier : absence de concertation avec les habitants

interpellation-150x95 flipped

Pour le moment, des familles habitent ces maisons de l’ilot Vatier. Elles ont des cycles de vie qui nécessitent la transformation de leur logement. Elles vont vivre dans cet environnement.

  • A-t-il été demandé aux services municipaux de mener une enquête sociale ?
    Non a répondu le maire en Conseil municipal.
  • Une première concertation avec les habitants a-t-elle été menée ?
    Non, c’était impossible tant que le recours du collectif Vatier n’était pas arrivé à son terme, a répondu le maire.

Mais que disait le même maire en Conseil municipal le 2 décembre 2010 lors de l’adoption du PLU devant plus de 100 personnes et qu’il confirmait trois mois plus tard par écrit en mars 2011 ?

« Pour l’ensemble des secteurs pour lesquels l’expression de contestations est intervenue, et comme je l’ai écrit aux riverains concernés, le dialogue et la concertation seront engagés dans les prochaines semaines, en tenant compte de l’ensemble des données ci-dessus évoquées, (ndlr : notamment la mutation harmonieuse de l’ilot Vatier citée plus avant dans cette lettre). Bien évidemment, au delà du contentieux et des réformes de l’urbanisme au plan législatif et règlementaire, les modifications qu’il conviendrait d’apporter au PLU seront conduites. »

En vérité, dans cette démarche, nous ne voyons aucune prise en considération des habitants.

Si tant est qu’il voulût attendre la fin de la procédure juridique qui l’opposait aux habitants, il aurait pu engager ce « dialogue » et cette « concertation » dès début décembre au lieu de se précipiter pour créer ce périmètre d’étude. Comme expliqué plus haut, les pouvoirs de la collectivité en matière d’acquisition lui permettent d’acquérir des terrains sans autre outil juridique.
L’objectif de ce périmètre d’étude serait-il donc de « punir » ces « mauvais citoyens » ?

Il dit qu’il va ouvrir une concertation avec les habitants :
Quel est son objet quand une décision est déjà prise ?

Dans son compte-rendu du Conseil municipal du 18 décembre, le magazine Cachan municipal de janvier 2015 présente cette décision de manière anodine en n’en mentionnant qu’une partie – la poursuite des études d’urbanisme – sans préciser celle qui a une conséquence directe sur les habitants : l’opposition d’un sursis à statuer lors d’une demande de permis de construire.

Bel exemple de transparence !