Le logement social en danger

Tribune de décembre 2017

Le logement social à Cachan, c’est plus d’un logement sur trois.

Malgré ce nombre, l’attente est de plusieurs années pour l’attribution d’un logement. Le nombre de demandes avoisine en effet 1.500.

Cachan Habitat, l’organisme HLM de la ville, gère plus de 2.000 logements, situés principalement à La Plaine.
Les équilibres financiers ont été retrouvés sans aide extérieure depuis 2015. Son patrimoine s’est enrichi de 600 logements, qu’il faut mettre aux normes et améliorer.

De nombreux projets sont à l’étude, notamment l’amélioration des performances énergétiques des 67 logements de la tour Marc Sangnier et de 497 logements de l’ex SAIEM situés à la Plaine.

Dans son premier budget, le gouvernement a fait voter par sa majorité parlementaire une baisse des Aides Personnalisées au Logement (APL) et sa compensation par une baisse des loyers des bailleurs sociaux ! (article 52 de la loi de finances 2018).

Plus de 600 locataires de Cachan Habitat touchent des APL. Avec le nouveau calcul des loyers, les ressources diminuent de 800.000 € (soit 8,5 % du montant des loyers) et les comptes passent dans le rouge. Cachan Habitat n’a plus la capacité d’engager de nouveaux travaux.

Quel est le bénéfice pour les locataires ? Aucun, bien au contraire !
C’est moins de projets d’amélioration, moins d’entretien des logements, moins de confort pour tous les locataires.
C’est aussi moins de travail pour les artisans et les PME du secteur du bâtiment.

Le Conseil municipal a adopté à l’unanimité un vœu demandant le retrait de cet article 52.
Ce vœu présenté par tous les groupes de la majorité municipale et Cachan Ensemble, est la
poursuite de la mobilisation nécessaire contre cette décision.