L’état d’urgence écologique est déclaré

giec_rechauffement_climatique

Tribune de décembre 2015

Les attentats du 13 novembre ont précipité notre pays dans la terreur et nous exprimons
notre solidarité aux familles et aux proches des innocentes victimes. Passé le deuil national, la meilleure réponse réside dans notre capacité à affirmer nos valeurs et à reprendre une vie normale sans concession face aux extrémismes.

Le maintien des négociations de la COP21 qui se tient à Paris participe de cette volonté.
L’enjeu est de diminuer l’extraction des énergies fossiles dont l’utilisation réchauffe la planète, favorisant des sécheresses, des catastrophes naturelles et des instabilités sociales, ouvrant la voie à certains fanatismes politiques notamment dans les pays du Sahel et du Proche-Orient.

Une consommation énergétique optimisée et le recours aux énergies douces (solaire, éolien) offrent un développement plus équilibré source d’autonomie pour les peuples.
L’annulation des manifestations publiques telle que la marche pour le climat prive la COP21 d’une mobilisation citoyenne et démocratique. Elle n’enraye pas notre implication au quotidien et notre engagement local pour une transition écologique.

Cachan a été ville pionnière pour la géothermie mais l’action des dernières mandatures ne
répond plus aux enjeux du réchauffement climatique. Au-delà des actions symboliques,
plaçons l’écologie au centre du développement urbain : rénovation thermique des bâtiments publics et des logements, bâtiments à énergie positive, lutte contre les ilots de chaleur par la végétalisation, relocalisation d’activité de production et d’artisanat, renforcement des liaisons douces…

Soyons ambitieux, construisons la ville écologique du 21ème siècle !