Thierry Didier

thierry_didier_3_web_270_270

En quelques mots, voici mon parcours 

Je suis né à Valence et j’ai passé mon enfance et mon adolescence dans ce pays que j’aime, entre Alpes et Méditerranée. Puis après mes classes préparatoires à Lyon, j’ai fait une école d’ingénieurs à Marseille.

J’ai eu la chance de faire mon service militaire comme coopérant au Nigeria, dans le nord du pays. C’est une expérience qui m’a ouvert les yeux sur un monde que je ne connaissais pas.

J’ai commencé ma vie professionnelle dans une grosse entreprise du bâtiment et des travaux publics. Rapidement, j’ai géré une agence. Pendant plus de quinze ans, j’ai été passionné par ce travail, aussi bien par la gestion des équipes que par les relations commerciales. Les aspects parfois conflictuels des rapports de travail étaient contrebalancés par l’intérêt de certaines rencontres. Dans le contexte des restructurations du secteur à la fin des année 90, le rachat de l’entreprise par un grand groupe m’a conduit en 1999 à Cachan pour une seconde vie professionnelle.

Jusque là Cachan était pour moi « la ville de l’ENS », mais, en la découvrant, je m’y suis vite senti bien, ainsi que toute ma famille, profitant aussi de la grande proximité de Paris et de sa vie culturelle. A Cachan, nous avons été accueillis et vite intégrés dans de multiples réseaux de relations, amicales ou associatives. Les capacités d’engagement, les actions de solidarité, comme au moment de l’évacuation du squat, m’ont fortement marqué. Mes enfants ont été élèves à l’école Carnot, au collège Victor Hugo puis au lycée Gustave Eiffel et je me suis engagé comme parent d’élève pendant toute leur scolarité.

Depuis que je suis lycéen, je suis intéressé par la politique et la chose publique : les mécanismes de prise de décision collective, le débat démocratique, la construction d’un projet commun, me passionnent. Mais si la politique et la notion de bien commun m’intéressent, les grands partis ne m’ont jamais convaincu, même si je suis convaincu de leur nécessité. Aussi je ne me suis pas engagé dans un parti traditionnel mais j’ai adhéré à Décidons notre ville, car DNV est vivant, dynamique et pluriel. Les désaccords, quand il y en a nous permettent d’avancer ensemble car nous finissons par nous comprendre ! La vie politique doit être faite de débats, d’alternance, de partages de responsabilités.

Cachan Ensemble répond à ce besoin. J’ai choisi de conduire cette liste, qui rassemble des femmes et des hommes de presque tous les horizons de la gauche, car j’aime m’engager et prendre des responsabilités, mais c’est dans la concertation et le débat que notre politique doit s’organiser et se construire, et j’ai la volonté de concilier les avis et de trouver des synthèses.

Les extrémismes et maintenant les radicalismes religieux sont nourris du sentiment d’être exclu : exclu par le chômage, exclu par l’habitat, exclu par l’école, exclu de la prise de parole.

Je conduis cette liste pour que l’action municipale rende la parole à tous, décloisonne les habitats, favorise une égalité des enfants dans l’accès à la scolarité (écoles et collèges), essaye de favoriser l’emploi avec les moyens dont dispose la commune.

Ce que les femmes et les hommes de Cachan nous disent de leurs besoins et de leurs envies, nous donne envie de transformer l’essai. Il faudra gérer avec rigueur, il faudra surtout être efficaces, sans que le respect et l’écoute soient mis à mal. Les Cachanais attendent une nouvelle équipe qui prenne des décisions de manière plus collective et plurielle, avec plus de transparence sur ces processus de décision. Habitants, élus, services, tous ont une place et un rôle à jouer dans l’avenir de notre ville.

A nous de construire Cachan ensemble !