Pour une école de la réussite pour tous

Tribune de juillet-août 2018

Le gouvernement affiche une priorité nationale pour l’éducation avec une mesure phare : le dédoublement des classes de CP à la rentrée 2017 et de CE1 à la rentrée 2018. Le « 12 élèves par classe » ne s’applique qu’en réseau d’éducation prioritaire renforcé, dans seulement 2 200 écoles sur toute la France.

En effet, contrairement aux premières annonces, l’Éducation nationale ne déploie pas le
dispositif dans les quartiers politique de la ville. Ainsi le groupe scolaire Paul Doumer de Cachan est traité sans égard particulier malgré la mise en œuvre d’un contrat de ville. Avec en prime une classe de moins à la rentrée 2018.

Car faute de moyens supplémentaires en enseignants, le « 12 élèves par classe » absorbe les ressources disponibles et se traduit « en même temps » par une pénurie pour les autres communes. A Cachan très concrètement :
– pas d’ouverture de classe à la maternelle Belle Image malgré des effectifs dépassant 30 élèves par classe,
– fermeture d’une classe à l’élémentaire Carnot malgré un effectif dépassant 24 élèves par classe.

De plus, l’État va supprimer les Centres d’Information et d’Orientation (CIO). Celui de L’Haÿ fermera ses portes.

Notre groupe a contribué à la rédaction d’un vœu municipal et soutient les parents dans leurs actions pour enrayer ces suppressions de classes à Cachan. Celles-ci conduiraient en effet à dépasser très sensiblement les 24 enfants par classe dans toutes les écoles élémentaires.

Nous appelons aussi la municipalité à ouvrir une réflexion sur la carte scolaire dont elle est responsable. C’est notre seul levier pour harmoniser les effectifs des groupes scolaires et contraindre l’Éducation nationale.