Projet d’aménagement de la RD920 : qui va donner son avis ?

plaque_route_d_orleans

Si la Ville de Cachan porte une responsabilité dans l’état de dégradation des immeubles bordant la RD920, elle n’est pas seule responsable de l’aménagement et de l’entretien de la voirie et des trottoirs.

Depuis que la RN20 est devenue route départementale (RD920) en 2006, sa gestion est assurée par le département des Hauts de Seine. Le réaménagement de la partie Sud, entre Antony et Bourg la Reine étant presque achevé, c’est maintenant celui de la partie Nord située entre Bourg la Reine et Paris qui est envisagé. Pour cette partie, le département du Val de Marne, les communes de Bagneux, Montrouge, Arcueil et Cachan sont aussi parties prenantes des choix d’aménagement. La question est bien de voir comment ces choix seront effectués.

Depuis une quinzaine d’années, la restructuration des grands axes menant aux portes de Paris s’est imposée aux pouvoirs publics face à l’importance du trafic routier qui dégrade la voirie, rend les traversées dangereuses pour les piétons, augmente les nuisances sonores et la pollution atmosphérique.

L’objectif général (voir : Enjeux et Objectifs du Plan des Déplacements d’Île de France) est de donner plus de place aux transports en commun et aux modes de circulation doux, vélo et marche, de réduire le nombre et la vitesse des voitures et d’améliorer le cadre de vie des riverains et de tous les habitants qui vivent près de ces grands axes.

Cela revient à réduire le nombre de voies pour les voitures (voire leur largeur), en réserver pour les transports publics, sécuriser les intersections, créer des pistes cyclables et aménager les trottoirs.

Réaménager ces grands axes est aussi une occasion de revoir l’urbanisme de leurs abords.

Plusieurs exemples d’aménagement des axes d’entrée dans Paris sont facilement observables autour de nous :

A quand la concertation ?

Tous ces aménagements récents nous permettent, riverains de la RD 920 et habitants de Cachan, d’imaginer ce qui peut arriver.
Les trois exemples proposés ont tous des avantages et des inconvénients, privilégiant plus ou moins les transports en commun, les circulations douces, le stationnement ou le cadre de vie des riverains.
Le projet qui nous concerne n’est pas encore arrêté. D’après quelques informations données en comité de quartier Ouest-Nord en mai 2016, on s’orienterait vers une solution semblable à l’aménagement de la partie Sud (Antony – Bourg la Reine) mais les choix principaux devront être arrêtés en 2017.

Ni le Département des Hauts de Seine, ni celui du Val de Marne, pas plus que la commune de Cachan n’ont organisé de réunion d’information ou encore moins de concertation avec les riverains sur ce projet qui va modifier leur cadre de vie et plus largement les déplacements des habitants de la commune.
Alors que des améliorations sont attendues depuis des années, peut-on encore penser réaménager la ville, les transports, les déplacements, les espaces communs sans consulter les usagers et les habitants ?

Il est temps de donner notre avis. Avant que des travaux importants ne soient décidés pour nous !


Les trois exemples

L’exemple de la RD920 entre Bourg la Reine et La Croix de Berny

– La circulation automobile est organisée sur deux fois deux voies séparées par un talus végétalisé
– Le stationnement est situé de chaque côté
– Pas de voies réservées aux transports en commun.
– Deux pistes cyclables sur trottoir séparées de la chaussée et du stationnement.

rd920_antony

RD920 au carrefour La Fontaine entre Sceaux et Antony

L’exemple de la RD906, entre Clamart et Montrouge

– La circulation automobile est organisée avec une allée ayant une ou deux voies dans chaque sens pour la circulation principale et une contre allée à sens unique pour la desserte locale.
– Le sens de circulation dans la contre allée s’inverse régulièrement pour interdire un itinéraire bis et favoriser une circulation locale apaisée.
– Le stationnement est situé en bordure de la contre allée .
– Les deux voies du tram sont séparées de la circulation et les arrêts sont aménagés de part et d’autre.
– Une bande cyclable sur la contre allée, dans le sens de circulation ou à contre sens (double sens cyclable) pour permettre la continuité du déplacement des vélos.

rd906_clamart

RD 906, avenue du Général de Gaulle à Clamart

L’exemple de la RD 5, d’Ivry à Vitry sur Seine

– La circulation automobile est organisée sur deux fois deux voies séparées par un talus végétalisé.
– Le stationnement est situé de chaque côté.
– Deux voies centrales sont réservées aux bus, mais interdites aux vélos.
– Des pistes cyclables intermittentes sur trottoir.
Cet aménagement va être revu prochainement pour permettre la circulation de la nouvelle ligne de tram T9, reliant la Porte de Choisy à Orly.

rd5_stalingrad_vitry

RD5, boulevard de Stalingrad à Vitry sur Seine