RD920, questions posées par le projet

La place des bus et le lien avec les transports lourds

Comme on peut facilement le constater sur les documents de la concertation, la place laissée aux bus est plus que réduite :

  • • un couloir central bidirectionnel sur quelques centaines de mètres entre l’avenue Carnot à Cachan et la rue de Verdun à Bagneux. Il a été dit que cette proposition anticipe un probable redirection des bus vers le terminus de la ligne 4 du métro à Bagneux. Rien n’est moins sur, d’autant que ni la RATP, ni Ile de France Mobilités (ex-STIF) ne se sont prononcés sur la question.
  • • un couloir réservé sur quelques centaines de mètres juste avant Paris.

Comment peut on imaginer que durant les vingt, trente ou quarante prochaines années, la part des bus sera aussi peu importante alors que tout le monde connaît les difficultés actuelles du RER B et que personne ne peut dire si le RER sera en mesure d’absorber les augmentations de fréquentation des transports en commun qui sont attendues dans les années à venir ?

La place des vélos

Les propositions de pistes cyclables sur trottoir semblent considérer le vélo comme un loisir ou éventuellement, un moyen de parcourir de courtes distances. Elles ne permettront pas d’accepter un flux important de cyclistes et vont créer rapidement des conflits avec les piétons, notamment dans toutes les zones très fréquentées comme les gares ou les commerces.

Les contre-allées cyclables n’offrent pas non plus la sécurité nécessaire car elles ne séparent pas les vélos de la circulation automobile. Ceux qui traversent Bourg-la-Reine à vélo en allant vers Paris s’en rendent compte immédiatement.

La part des vélos dans les déplacements est appelée à se développer car, pour certains usagers, le vélo représente une alternative plausible à l’automobile ou aux transports en commun. Encore faut-il que ces déplacements puissent se faire dans des conditions minimales de confort et de sécurité ! De ce point de vue, le projet est en contradiction avec le plan de déplacement urbain d’Île de France qui affiche clairement la RD920 comme un des axes structurants du réseau cyclable en Île de France en 2020 !

Alors que la largeur de la voie le permet, pourquoi le choix d’une solution cyclable large, continue et séparée de la circulation automobile et des piétons n’a-t-il pas été adopté ?

Les traversées piétonnes

Pour les piétons, la traversée de la RD920, dans les conditions actuelles, est toujours un exercice risqué. Les accidents y sont nombreux et ce sont souvent les piétons qui en sont les victimes.

La situation est particulièrement critique en deux endroits, la gare du RER Bagneux Pont Royal et le carrefour avec la rue Marcel Bonnet.

Le projet de réaménagement ne donne aucune indication précise sur les traversées piétonnes qui devraient être « plus confortables ».

la traversée à la gare RER – document de concertation

Comment rendre plus sûre la sortie du RER Bagneux ? Le souterrain qui n’est ni pratique ni très accueillant sera-t-il maintenu ? Si oui sera-t-il rendu plus accessible et plus « confortable » ? Comment sera aménagé le passage piéton en surface ? Comment sera garantie la réduction de vitesse des automobiles à cet endroit ?

De la même manière, comment sera aménagé le carrefour avec la rue Marcel Bonnet ? Comment les automobiles seront elles ralenties ?

Plus généralement, les limitations de vitesse n’ont pas été évoquées alors que l’on pourrait s’attendre à ce que les passages les plus dangereux soient limités à 30 km/h.

Le traitement de la rue en contrebas de la cité Jardins

Dans la partie Sud de Cachan, la RD920 borde la Cité Jardins sur une grande longueur. Située en contrebas, une voie dessert le bas de l’immeuble parallèle à la RD920.

La reprise de la voirie et du trottoir est une occasion de repenser les communications entre l’immeuble et l’avenue Aristide Briand. Ne pourrait-on pas en profiter pour créer des passages piétons plus faciles entre l’avenue et la voie en contrebas, afin de donner plus de visibilité aux commerces et de faciliter les déplacements à pied des habitants de la Cité ?