Intervention de Thierry Didier au conseil municipal du 8-04-2018

Mesdames, Messieurs, chers collègues

Il y a juste quatre ans, dans les mêmes circonstances nous, Cachan Ensemble, avions déclaré :

« Nous sommes fiers de la campagne que nous avons conduite, du programme que nous avons porté et de la mobilisation citoyenne que nous avons suscitée. Nous sommes fiers d’être élus et voulons par nos propositions être utiles aux Cachanais. C’est pour nous une responsabilité que nous prenons très à cœur »

Nous n’imaginions pas à l’époque, (on peut faire de la politique et être naïf), l’absence abyssale de dialogue entre la majorité municipale et les oppositions qui a marqué les premières années de la mandature. A peine une exception pour l’inscription du droit d’interpellation dans le règlement intérieur. Quant à son application effective le moment venu, elle a tourné à la mascarade.

Nous n’imaginions pas l’âpreté de certaines prises à partie, qui nous a conduits plusieurs fois à manifester notre mécontentement par courrier.

Depuis septembre 2017, nous avons constaté et apprécié une évolution sensible de l’attitude de la majorité à notre égard autour de plusieurs vœux présentés par la majorité municipale ou par notre groupe et adoptés par le Conseil municipal.

Nous avons constaté une meilleure écoute, une réelle concertation qui s’amorce sur la politique de stationnement

Les deux années qui restent de cette mandature doivent être mise à profit pour mettre en œuvre des processus de concertation, de codécision. Les sujets ne manquent pas :

  • Évolution majeure du quartier de la gare d’Arcueil Cachan,

  • Évolution du site de l’ENS avec ses conséquences éventuelles sur l’ilot Vatier,

  • Restructuration de la RD920.

Nous savons la difficulté à mobiliser les habitants des quartiers en « politique de la ville », nous savons les efforts financiers consentis vers VALOPHIS : nous soutenons ces politiques et notre collectif y participe dans la mesure de ses moyens. Pendant les deux ans à venir ces politiques doivent être approfondies, des moyens originaux et nouveaux doivent être mis en œuvre pour que tout le monde, y compris ceux qui sont dans de grandes difficultés de vie, participent à la vie de la cité et en respectent les règles : ateliers de co-formation habitants/élus, schéma ambitieux de mixité sociale dans les différents quartiers, dans les écoles, régie de quartier….

Les enjeux environnementaux sont vitaux les deux ans à venir doivent donner les bases de l’exemplarité de Cachan en cette matière, d’une affirmation d’une politique énergétique, au maintien de la biodiversité en ville et à la mise en place de politiques pour favoriser l’usage de modes actifs.

Deux ans ne suffiront pas, il faudra bien une mandature de plus.

2017 a vu un séisme politique, les grands partis de gouvernement ont tous subi une défaite aux élections législatives.

Un collectif qui se transforme en parti a émergé. Ni à gauche ni à droite mais, soi-disant, tout en même temps, qui détruit le logement social, casse le code du travail, se lance dans des manœuvres à la SNCF qui à terme permettront de privatiser ce service public.

L’opposition de gauche est incarnée par la France insoumise, un autre collectif émergent. Et localement, la mouvance citoyenne et écologiste a conforté ses positions.

2020 approche. Pour Cachan nous savons déjà ce que nous ne voulons pas.

  • Ni la droite : comme à L’Haÿ-les-Roses et Villejuif

  • Ni la République en Marche qui a commencé ses grandes manœuvres et dont on peut se demander quelle va être sa conception des services publics locaux dans la cadre de la politique de l’État.

Les problèmes qui vont se poser s’apparentent à la quadrature du cercle. Avec des ressources réduites et un encadrement des dépenses, il faudra conduire une politique de défense des solidarités.

De baisse de dotation en transferts de charges et de compétences, quelles seront les marges de manœuvre de la commune ?

Comment faudra-t-il faire pour maitriser le budget de fonctionnement et aider la vie associative, entretenir et améliorer les patrimoines et réduire la dette. Travailler sur l’urbanisme alors que la compétence est partie au territoire, comme la culture, le logement social.

Sur toutes ces questions, pour que nos concitoyens les moins favorisés ne soient pas une fois de plus laissés de côté, nous devrons prendre toutes nos responsabilités et assumer nos engagements pour défendre les services publics locaux, pour plus de solidarité, de transparence de participation citoyenne et d’écologie.

C’est dans la fidélité aux engagements pris, dans le respect des électeurs de 2014, que le groupe présente à nouveau ma candidature à l’élection du maire.

Je conclus comme en 2014 :

« Chers collègues, vous pourrez compter sur notre travail, notre sérieux et notre liberté pour contribuer au débat démocratique local et œuvrer vers plus de citoyenneté, de solidarité et d’écologie. »

Au nom de Cachan Ensemble, je vous remercie pour votre attention.