Urbanisme à Cachan : ne pas confondre vitesse et précipitation

immeubles

Communiqué de presse du 19 février 2016

Depuis le vote du PLU en 2010, Cachan vit au rythme effréné des chantiers et des immeubles qui poussent comme des champignons. Notamment le quartier Cousté-Dolet, dernier témoignage de l’histoire des blanchisseries de Cachan, quartier de la mixité sociale, quartier de petites entreprises en activité, quartier d’artistes, quartier au milieu duquel coule une rivière, la Bièvre à jamais enfouie, est devenu en quelques années le paradis des promoteurs immobiliers.

Le dernier projet immobilier de la majorité municipale est situé au cœur du centre ville historique, à la croisée de son « cardo maximus » (l’axe pivot nord-sud) la rue Cousté que va emprunter la promenade inter-quartier venant de la place Jacques Carat en direction des Vignes du Coteau, et de son « decumanus » est-ouest, la rue Guichard, piétonne et commerçante.

Le 10 février, la présentation de son projet ficelé par le promoteur immobilier a suscité une importante mobilisation des habitants en comité de quartier.

Leurs questions ? Les circulations douces, la nature des commerces et une réflexion sur une nouvelle organisation des activités économiques, les aménagements des rives de Bièvre avec un développement de la biodiversité, le devenir d’un des derniers séchoirs …

Le lendemain, les élus municipaux étaient saisis d’une délibération permettant la cession de terrains publics au promoteur. Les élus de Cachan Ensemble ont demandé le retrait de la délibération pour laisser le temps du dialogue, la concertation étant rappelée par Monsieur le Maire dans son dernier édito municipal, « la participation des habitants dans la vie de la cité est un élément constitutif de la vie démocratique et du bien vivre ensemble« .

En Conseil municipal le 18 février, violent refus du Maire, hélas !

L’objectif municipal est clair : nous n’avons pas le temps, « il nous faut construire 160 logements par an« . C’est faux, précisent les élus de Cachan Ensemble : en ne construisant aucun logement cette année, l’année prochaine et en 2018, nous serions encore dans l’objectif de 160 logements par an avec les logements déjà construits depuis 2010 ainsi que le montre le bilan du Plan Local de l’Habitat.

Donc rien ne justifie une telle précipitation à privatiser une espace public. Une précipitation qui rend la délibération fragile. Les élus de Cachan Ensemble contesteront cette décision au contrôle de légalité. Il faut laisser le temps et ouvrir la concertation avec les habitants et commerçants.

Cachan Ensemble souhaite en effet que le comité de quartier puisse organiser une enquête et concevoir ensuite un cahier de préconisations fondé sur un projet d’art de vivre avec des lieux de rencontres, cahier qui alimentera la définition d’un parti d’aménagement de cette croisée.


Pour plus d’infos :